t
 
 
  Références historiques - Cartographie des 20 dernières années - Analyse et enjeux
Les programmes des élections 2002 - Liens
 
 

L'éphéméride ( 2/2). Chronologie de l'élection présidentielle.
Par Claude DARGENT et François PLATONE. Avec la collaboration de Martine Jouneau documentaliste à l' OIP

Cet éphéméride a été conçu en utilisant la presse nationale et notamment Le Monde, Libération et Le Figaro.

19.04.02 – A minuit, clôture de la campagne officielle pour le premier tour de l’élection présidentielle.

19.04.02 –Dans un texte adressé à ce quotidien, Pierre JUQUIN, ancien membre et dirigeant du PCF, candidat dissident à l’élection présidentielle de 1988, appelle à voter pour Robert HUE.

19.04.02 – Dans un entretien publié par Le Monde (daté du 20 avril), Daniel GLUCKSTEIN, candidat du Parti des travailleurs (PT), affirme que « Chirac comme Jospin mettront en œuvre la même politique » et que c’est le rejet de cette politique qui explique la perspective d’une abstention massive.

18.04.02 – Au Zénith de Paris, devant quelque 4000 personnes, Jean-Pierre CHEVENEMENT s’adresse aux abstentionnistes en leur conseillant de ne pas se laisser « balader entre les deux candidats de la reconduction ». Il voit en Jacques CHIRAC et Lionel JOSPIN « deux sortants qu’il faut sortir ».

18.04.02 – Sur TF1, Lionel JOSPIN souligne que son objectif principal est « une France qui crée des richesses et sait les partager »; il ajoute que ses propositions sont « centrées sur le travail et l’insécurité ».

18.04.02 – Devant plusieurs milliers de personnes, salle Equinoxe à Paris, Jean-Marie LE PEN affirme : « c’est la première fois qu’avec sérieux, j’envisage la possibilité d’emporter enfin la victoire que nous attendons depuis si longtemps ». Il déplore le « déclin des valeurs sociales, nationales et familiales provoqué par la vraie gauche et la fausse droite depuis trente ans », et se réfère à la devise du régime de Vichy « Travail, Famille , Patrie », dont il regrette « la diabolisation ».

18.04.02 – Le meeting qui clôt la campagne de Jean SAINT-JOSSE, à Toulouse, est celui qui, avec plus de 3000 participants, connaît la plus grande affluence. Le candidat de Chasse, Pêche, Nature et Traditions y dénonce les « professionnels de la politique » et développe ses positions sur la défense de « la France des différences » et des « valeurs territoriales ».

18.04.02 – A Evry, devant 200 personnes venues l’écouter à l’initiative d’une association socioculturelle africaine, Christiane TAUBIRA critique les médias qui ont voulu faire d’elle la « candidate des minorités ».

18.04.02 – Au Grand Palais de Lille, Jacques CHIRAC revient sur l’insécurité, en reprochant au « gouvernement de l’avoir davantage commentée que combattue ». Il accuse « l’immobilisme gouvernemental » d’être responsable de la montée des extrêmes.

18.04.02 – En meeting à Paris devant environ 2500 personnes, François BAYROU se refuse à livrer une quelconque indication sur son désistement entre les deux tours.

18.04.02 – Dans Le Monde (daté du 19 avril), Robert HUE déclare : « ni M. BESANCENOT ni Mme LAGUILLER ne peuvent prétendre rassembler [la] gauche anticapitaliste quand ils risquent de contribuer à la faire perdre en faisant le jeu de la droite au second tour ». Il estime que la progression d’Arlette LAGUILLER « se fait davantage au détriment du PS et de Noël MAMERE » qu’au sien. Il affirme d’autre part que « le vrai rapport de forces [au sein de la gauche] ne pourra être mesuré qu’au lendemain des législatives ».

18.04.02 – Dans un entretien publié par Le Monde (daté du 19 avril), Christine BOUTIN déclare qu’elle préfèrerait devoir sa notoriété à d’autres sujets que le PACS : « Ce que j’ai à dire ne s’adresse pas qu’aux catholiques et je ne suis pas la porte-parole de l’Eglise. (…) mon cheval de bataille, c’est le social ».

17.04.02 – Lors de sa dernière réunion publique de la campagne à Marseille, Alain MADELIN confirme qu’il se désistera pour le candidat de droite arrivé en tête dimanche soir, tout en se déclarant « déçu de voir le chef de l’Etat faire campagne au centre ».

17.04.02 – A Rennes, Lionel JOSPIN revendique l’héritage des « grandes lois sociales de la IIIe République, du Front populaire , de la Libération, et du 10 mai 1981 ». S’en prenant implicitement à Arlette LAGUILLER, il se pose en représentant de la « gauche de la responsabilité ».

17.04.02 – Au cours d’un meeting avec Noël MAMERE, au Cirque d’hiver, à Paris, Dominique VOYNET estime qu’il est « peut-être le meilleur candidat que les Verts aient jamais eu

»17.04.02. – Jean-Marie LE PEN déclare au journal Le Monde (daté du 18 avril) qu’il est « le seul (…) à pouvoir mettre en péril un des deux candidats sortants ». Dans la perspective des élections législatives, il exclut tout accord avec le MNR de Bruno MEGRET. Il qualifie ce dernier d’ « opportuniste » qui « a tout raté ».

16.04.02 – A Ajaccio, Jacques CHIRAC, s’en prenant au propositions formulées par Lionel JOSPIN, affirme : « Je n’accepterai pas que la Corse soit écartée de la République », tout en approuvant certains mesures de décentralisation prévues dans les accords de Matignon.

16.04.02 – Salle Wagram à Paris, devant près de 600 personnes, Bruno MEGRET dénonce « l’immigration incontrôlée, cause majeure de l’insécurité ».

16.04.02 - Au cours d’un meeting à Marseille, Jean`Marie LE PEN donne cette définition de lui-même : « Socialement, je suis de gauche, économiquement, je suis de droite, nationalement, je suis de France ».

16.04.02 – A Charleville-Mézières, Lionel JOSPIN visite une école classée en ZEP (zone d’éducation prioritaire). Il rend hommage à « l’école républicaine, idéal de la République » et au « travail formidable fait par les enseignants ».

16.04.02 – Dans Le Monde (daté du 17 avril), Christiane TAUBIRA déclare qu’elle « souhaite évidemment la victoire de Lionel JOSPIN, sans restrictions ni états d’âme ». Le soir même, elle tient un meeting à la Mutualité, à Paris, devant un millier de personnes.

15.04.02 – Invité par SOS-Racisme et l’Union des étudiants juif de France au Café de la Musique à Paris, Lionel JOSPIN déclare qu’il faut « condamner de manière absolue l’antisémitisme » et être « vigilant vis-à-vis de tout acte raciste tourné vers d’autres individus et communautés ». Sans nommer Jacques CHIRAC, il affirme que « le fait, pour certains candidats, de situer de façon systématique leur campagne sur le terrain de l’insécurité nourrit l’extrême droite ».

15.04.02 – Jacques CHIRAC rencontre, à son local de campagne, des représentants du monde sportif. Il propose la tenue d’états généraux du sport, et souhaite la candidature de Paris pour l’organisation des Jeux olympiques de 2012.

15.04.02 – A Clermont-Ferrand, Sylviane JOSPIN franchit un nouveau pas dans sa participation à la campagne de son mari en tenant, aux côtés de personnalités féminines du PS, un meeting organisé par la section locale du comité de soutien à Lionel JOSPIN, « 2002 femmes en Auvergne ».

15.04.02 – Au HAVRE, Laurent FABIUS et François HOLLANDE, qui font l’un et l’autre figure de Premier ministre possible en cas de victoire de Lionel JOSPIN, tiennent un meeting commun et appellent à la mobilisation des électeurs en faveur de leur candidat, dès le premier tour.

15.04.02 `- Olivier BESANCENOT fait part au journal Le Monde (daté du 16 avril) de ses projets pour les lendemains du premier tour de l’élection présidentielle : « Le 1er mai, je manifeste ; le 2, je suis sur mon petit vélo jaune, je reprends ma tournée de facteur ». Il se démarque d’Arlette LAGUILLER, dont il dénonce le sectarisme, et envisage la constitution d’un « nouveau parti des travailleurs » en cas de score important de l’extrême gauche. Il confirme que la LCR ne donnera pas de consigne pour le second tour, même si « pour nous, la gauche et la droite ce n’est toujours pas la même chose ».

14.04.02 – Au « Grand jury RTL-Le Monde », Jean-Marie LE PEN accuse Bruno MEGRET d’être payé par Jacques CHIRAC pour maintenir sa candidature. Il réaffirme d’autre part que ce dernier « a été pire » que Lionel JOSPIN, car il « est responsable de la présence de la gauche au pouvoir depuis vingt ans ». Le jour même, Bruno MEGRET annonce, par un communiqué du MNR, qu’il va poursuivre Jean-Marie LE PEN pour diffamation.

14.04.02 - Au Zénith, à Paris, Arlette LAGUILLER, candidate de Lutte ouvrière (LO) marque ses réserves vis-à-vis de la proposition d’Olivier BESANCENOT, candidat de la Ligue communiste révolutionnaire, consistant à créer un “ rassemblement anticapitaliste et unitaire ” par le rapprochement de son organisation et de Lutte ouvrière.

14.04.02 – Au « Grand Jury RTL-Le Monde », Jean-Marie LE PEN accuse Bruno MEGRET d’avoir été « payé (…) par Jacques CHIRAC » pour maintenir sa candidature.

13.04.02 – En visite en Corrèze, le département dont-il fut l’élu de 1967 à 1975, Jacques CHIRAC se déclare partisan d’un “ plan de développement des territoires ruraux ”. Il préconise l’engagement de l’Etat dans une aide aux collectivités locales, afin que l’ensemble des communes accèdent au haut débit dans les cinq ans. Il dénonce « la politique agricole commune conduite depuis cinq ans » et le « manque de considération pour les agriculteurs », accusant les socialistes d’avoir « annoncé une révolution agricole » et « provoqué la désolation agricole ».

13.04.02 – En déplacement à Lens, ancienne ville minière du Pas-de-Calais, et bastion socialiste de longue date, Lionel JOSPIN dénonce dans les mouvements d’extrême gauche comme Lutte ouvrière “ la gauche incantatoire ”. Il se présente comme “ le candidat de la France qui travaille ”.

12.04.02 – Au Bataclan, à Paris, Jacques CHIRAC s’adresse aux électeurs originaires des DOM-TOM vivant en métropole. Il reproche à la gauche de vouloir abandonner les départements et territoires d’outre-mer.

11.04.02 – Au Zénith, à Paris, devant quelque 6000 personnes, Robert HUE met en cause « les vieilles pratiques hégémoniques » et la « politique fadasse » des socialistes depuis cinq ans, qui a empêché le parti communiste d’obtenir les évolutions qu’il appelait de ses vœux. Il réaffirme cependant que « droite et gauche, ce n’est pas pareil ».

11.04.02 – A Bordeaux, devant 8000 personnes, Lionel JOSPIN se pose, dans la lignée de ses prédécesseurs de 1936 à 1981, en “ candidat du progrès social ”. Dans cette région de chasseurs, il souligne que cette pratique constitue “ un art de vivre auquel on est attaché ”. Enfin, il affirme que les jeunes “ont été cruellement déçus en 1995 ” et refuse de “ confondre les jeunes et les délinquants ”.

10.04.02 – A Rouen, devant près de 4000 élus, Jacques CHIRAC dénonce l’offensive contre le principe d’unité de la République que constitue à ses yeux la modification constitutionnelle, proposée par Lionel JOSPIN, visant à permettre l’instauration de référendum régionaux. Il se déclare en revanche favorable à une plus grande décentralisation, afin d’instaurer “ la révolution de la démocratie locale ”.

09.04.02 – A Dijon, Jean-Pierre CHEVENEMENT déclare vouloir “ remettre au coeur de notre projet le travail et le monde du travail ”. Dénonçant les délocalisations, il accuse Lionel JOSPIN et le parti socialiste de s’être “ résignés à la mondialisation libérale ”.

09.04.02 – Arlette LAGUILLER, en déplacement à Dijon, prend, comme à l’accoutumée, l’exemple d’un certain nombre de conflits sociaux régionaux pour nourrir sa campagne, en s’appuyant sur les renseignements fournis par des permanents locaux de Lutte ouvrière.

09.04.02 – A Poitiers, capitale de la région Poitou-Charentes que préside Jean-Pierre RAFFARIN, Jacques CHIRAC explique que, s’il est élu, “ les ministres devront être des chefs d’administration plutôt que des légistes ” et qu’ils devront en particulier “ avoir l’obsession du service rendu aux usagers ”.

08.04.02 – A Strasbourg, François BAYROU, qui tente de dialoguer avec des jeunes, après que sa visite à la mairie a été perturbée par des jets de pierres, donne une gifle à un enfant de 11 ans qu’il surprend en train de lui « faire les poches ».

09.04.02 – Au cours d’un dîner sur la Seine organisé pour son comité de soutien, à bord d’un Bâteau-Mouche, Jean-Marie LE PEN déclare : « La lepénisation des esprits a fini par rapprocher les discours des politiciens de celui que nous tenons », et envisage « la grande surprise du premier tour » que serait sa qualification pour le second tour de scrutin.

09.04.02 – Au Grand-Quevilly (Seine-Maritime), où il est accueilli par Laurent FABIUS, Lionel JOSPIN participe, au théâtre Charles-Dullin, à un débat devant un millier de personnes, avant de prononcer un discours au cours duquel il évoque son histoire personnelle et appelle les militants à la mobilisation.

09.04.02 – Jacques CHIRAC se rend à la Grande Mosquée de Paris. C’est la première visite d’un président de la République dans cette institution, depuis son inauguration en 1926 par Gaston DOUMERGUE. Il y condamne, après le recteur de la mosquée, les agressions commises contre des synagogues, et appelle à une ferme répression de « la haine raciale et religieuse sous toutes ses formes ». Il se prononce pour « un islam tolérant et pacifique », tel qu’il est enseigné à la Grande Mosquée « et dans bien d’autres lieux de prière ».

09.04.02 – Dans le mensuel Pote à pote, le journal des quartiers, Lionel JOSPIN se prononce pour la suppression de la « double peine » (interdiction du territoire français prononcée contre un étranger après une condamnation pénale) « dans certaines situations ».

Le même jour, sur RMC Info, il se dit favorable à l’abaissement à 17 ans de l’âge du droit de vote à toutes les élections.

08.04.02 – Sur France Info, Jean SAINT-JOSSE déclare qu’il ne donnera pas de consigne de vote pour le second tour.

08.04.02 – Au « Grand Jury RTL-Le Monde », Noël MAMERE déclare qu’il n’est pas « le candidat des Verts pour être dans une logique de rupture, mais pour être dans une logique de construction d’une gauche axée sur le développement durable ».

08.04.02 – Au Théâtre du Palais-Royal, Jacques CHIRAC présente son projet culturel. Il souhaite que le budget de la culture soit « sanctuarisé », au lieu d’être « la variable d’ajustement qu’il a trop souvent été ». Il se propose de « défendre et favoriser la diversité culturelle en France, en Europe et dans le monde » et se dit favorable à la baisse de la TVA sur le disque de 19,6% à 5,5% (taux appliqué au livre).

07.04.02 – François BAYROU, Jean-Pierre CHEVENEMENT, Robert HUE et Lionel JOSPIN, seuls à avoir répondu à l’invitation lancée à l’ensemble des candidats par des personnalités du cinéma, du théâtre et de la musique, participent à un débat au Cinéma des cinéastes, dans le cadre du Festival de Paris. Ils se disent tous favorables à l’inscription de l’exception culturelle dans la Constitution française, et opposés à la privatisation d’une chaîne publique.

07.04.02 – Devant 4000 élus socialistes réunis au Zénith, à Paris, Lionel JOSPIN, pour lequel les sondages les plus récents traduisent un tassement des intentions de vote, insiste sur son « identité socialiste », et affirme : « Nous sommes la gauche réelle, celle qui veut transformer le réel ». Au cours de ce meeting, qui amorce le recentrage de sa campagne sur le thème du progrès social et de la « France plus juste », le candidat du PS appelle les élus de son parti à se mobiliser sur le terrain pour le vote en sa faveur, puis pour « les candidats de la gauche et des forces de progrès » aux élections législatives du mois de juin ;

06/07 04.02 – Plusieurs candidats à l’élection présidentielle participent aux manifestations organisées au cours du week-end en relation avec le conflit israélo-palestinien : François BAYROU, Corinne LEPAGE et Alain MADELIN sont présents à la manifestation organisée par le Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF) « contre le terrorisme et l’antisémitisme, avec Israël pour la paix et la sécurité », Noël MAMERE à celle qui exprime la solidarité avec le peuple palestinien.

06.04.02 – Lors du Conseil national du Mouvement national républicain (MNR), Bruno MEGRET, qui , par ailleurs, affirme que « [son] modèle, c’est BERLUSCONI », déclare : « Nous ne prenons pas parti dans le conflit israélo-palestinien. (…) Chez nous, nous prenons parti pour nos compatriotes juifs victimes d’actes antisémites, issus de l’immigration islamique ».

06.04.02 – Conformément à la loi organique du 11 mars 1998 relative à la transparence financière de la vie politique, le Journal officiel publie la déclaration de patrimoine de Jacques CHIRAC à la fin de son mandat.

06.04.02 – A Ajaccio, Lionel JOSPIN déclare vouloir poursuivre, s’il est élu, le processus de Matignon.

06.04.02 – Début de la campagne officielle pour l’élection du président de la République. A partir de ce jour, les candidats doivent bénéficier d’une stricte égalité de temps de parole dans les médias audiovisuels, sous le contrôle du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA).

05.04.02 – A Rouen, Arlette LAGUILLER indique qu’elle préconisera l’abstention pour le second tour.

05.04.02 – A Berlin, devant plusieurs centaines de personnes réunies à la cathédrale française, Lionel JOSPIN souhaite « un renouveau politique » de la coopération franco-allemande, dans un pays où résident 150 000 des deux millions de Français établis à l’étranger. Il plaide pour une “ Constitution européenne permettant à nos peuples de préserver leur identité et leur souveraineté ”.

05.04.02 – En meeting à Paris, Daniel GLUCKSTEIN, candidat du Parti des travailleurs, s’élève contre les conclusions du sommet de Barcelone. Il déclare par ailleurs qu’il “ comprend les abstentionnistes ”.

05.04.02 – En visite en Guyane, Jacques CHIRAC dénonce “ un véritable manque d’intérêt et de respect ” de la part du Premier ministre, Lionel JOSPIN, visant notamment la loi d’orientation envisagée par le gouvernement pour les trois départements français d’Amérique. Il insiste sur « la monté de l’insécurité et le développement de nouvelles formes de délinquance » qui, selon lui, affectent l’Outre-Mer, « et tout particulièrement [la] Guyane (…)encore plus que[la] métropole ».

04.02.02 – L’ancien juge d’instruction Eric HALPHEN intervient pour la première fois en public dans la campagne, au cours du meeting tenu à Lyon par Jean-Pierre CHEVENEMENT, auquel il apporte son soutien.

04.04.02 – Devant un millier de personnes réunies à la brasserie Georges, à Lyon, François BAYROU estime que « les Français n’ont pas envie des deux sortants », et se dit « déterminé à ne parler du second tour qu’après le premier », tout en précisant qu’au second tour, « on élimine, et on reconstitue la bipolarisation ».

04.04.02 – Le Conseil constitutionnel proclame la liste des seize candidats ayant obtenu les 500 signatures requises pour pouvoir se présenter à l’élection présidentielle Il s’agit de François BAYROU, Olivier BESANCENOT, Christine BOUTIN, Jean-Pierre CHEVENEMENT, Jacques CHIRAC, Daniel GLUCKSTEIN, Robert HUE, Lionel JOSPIN, Arlette LAGUILLER, Corinne LEPAGE, Jean-Marie LE PEN, Alain MADELIN, Noël MAMERE, Bruno MEGRET, Jean SAINT-JOSSE et Christiane TAUBIRA. C’est le nombre de candidats le plus élevé depuis 1965, date de la première élection du président de la République au suffrage universel. Autre record : celui du nombre de parrainages validés par le Conseil constitutionnel (17 815), qui dément l’idée d’une réticence des élus, plus grande que par le passé, à accorder leur signature.

03.04.02 – Devant quelque 300 patrons, François BAYROU plaide pour que soit donnée aux entrepreneurs français “ l’égalité des chances avec les autres pays européens ”. Il préconise la création d’emplois à cotisations patronales minorées ainsi que l’assouplissement des 35 heures.

03.04.02 – Tout en constatant un “ désir de France ” universel, Lionel JOSPIN affirme, à son atelier de campagne : “ je suis profondément européen ” ; il se déclare partisan d’une “ fédération européenne d’Etats-nations ”, tout en refusant de se prononcer pour des “ Etats-Unis d’Europe ”. Le soir, sur France 3, il refuse la baisse des charges sociales sur les hauts salaires, proposée le jour même, dans Les Echos, par François HOLLANDE, premier secrétaire du PS.

03.04.02 – A Paris, au Musée des arts forains, devant des personnalités du monde des arts et du spectacle, Jean-Pierre CHEVENEMENT se pose en défenseur “ de l’exception culturelle ” contre la “ marchandisation ” et “ les pulsions libérales de Bruxelles ”. Il veut d’autre part constitutionnaliser le principe du “ financement public de l’audiovisuel ”.

03.04.02 – En meeting à Bordeaux, Jacques CHIRAC condamne les actes commis à l’encontre de “ la communauté juive de France ”. Il affirme que « la France n’est pas et ne sera jamais une juxtaposition de communautés » et développe son attachement à l’idée de “ nation ” Il déclare d’autre part qu’« une grande politique de l’environnement, ce n’est pas déclarer la guerre aux chasseurs, alors qu’ils sont, pour l’immense majorité, des amis de la nature ».

03.04.02 –Dans le cadre d’une conférence de presse, Charles PASQUA prend acte, implicitement, du fait qu’il ne pourra pas être candidat à l’élection présidentielle, faute de disposer du nombre de signatures nécessaire. Il dénonce le « système des parrainages » et réaffirme qu’il ne prendra « aucune position personnelle au premier tour ».

02.04.02 – Lionel JOSPIN consacre son déplacement à Poitiers au thème de la santé. Il affirme son refus de “ la privatisation du système ” de santé, et propose que la médecine générale soit considérée comme un discipline à part entière, ouvrant ainsi la perspective de son alignement sur la médecine de spécialité en matière de rémunération.

02.04.02 – Dans l’attente de la proclamation officielle par le Conseil constitutionnel de la liste des candidats ayant déposé les signatures d’élus requises pour concourir à l’élection présidentielle, il apparaît d’ores et déjà qu’un certain nombre de candidats déclarés n’ont pas rempli cette condition. Il s’agit notaamment de Brice LALONDE et Antoine WAECHTER, dirigeant respectivement Génération écologie et le Mouvement des écologistes indépendants, dont aucun n’a atteint 200 signatures. La première de ces deux formations a clairement mis en cause des pressions venant de formations politiques de droite. Pierre LARROUTUROU qui s’est fait connaître par ses positions sur la semaine de quatre jours est également hors-jeu. Il en va de même de Charles PASQUA, qui n’a déposé que 444 signatures. De son côté, Jacques CHEMINADE n’a obtenu que 400 parrainages d’élus. Quant à Nicolas MIGUET il aurait déposé 508 signatures.

01.04.02 – Au « Grand Jury RTL-Le Monde-LCI », Robert HUE déclare que “la majorité plurielle a vécu”. Il ajoute : “Nous sommes pour porter des réformes de gauche, et nous allons tout faire pour ancrer à gauche cette politique mais si on nous entendait pas nous n’en serions pas”

01.04.02 – Au Havre, où il se trouve en déplacement, Jacques CHIRAC juge “ impardonnables ” les attentats commis contre des synagogues à Lyon, Marseille et Strasbourg durant le week-end. Auparavant, il a demandé au chef du gouvernement, Lionel JOSPIN, de quelle façon il entend agir pour mettre un terme à ces actions.

01.04.02 – A Mayotte, François BAYROU développe le thème du “ changement ” après celui de “ la relève ” qu’il privilégiait en début de campagne. Alors que les sondages semblent désormais lui ouvrir la possibilité de dépasser la barre des 5% des voix, le candidat centriste déclare : “ La relève, c’est le moyen, et le changement l’objectif ”.

01.04.02 – Dans Le Monde (daté du 2 avril), Noël MAMERE explique qu’il a « choisi de placer le débat nucléaire au cœur de la campagne, en proposant qu’un référendum pour une sortie progressive du nucléaire soit organisé au cours du prochain quinquennat » .

30/31.03.02 – En déplacement aux Antilles, Lionel JOSPIN rappelle que la Guadeloupe et la Martinique ont voté majoritairement pour lui au second tour de l’élection présidentielle de 1995. Il préconise une “ consultation de la population ” avant toute évolution institutionnelle des deux départements.

28.03.02 – Dans un entretien publié par Le Monde (daté du 29 mars), Jean-Pierre CHEVENEMENT déclare à propos du clivage gauche-droite : « Je n’ai jamais dit qu’il n’y aurait plus jamais ni gauche ni droite, mais simplement que leurs définitions actuelles sont épuisées ».

28.03.02 – Sur TF1, Jacques CHIRAC indique que, s’il est réélu, il convoquera le Parlement en session extraordinaire dès que l’Assemblée nationale aura été renouvelée, pour mettre en œuvre “ trois grandes actions ” : une première loi-programme pour la sécurité, une deuxième pour réformer et “ renforcer les moyens ” de la justice, et un ensemble de mesures économiques et fiscales organisant notamment la baisse des impôts.

28.03.02 – A Dijon, au cours de son quatrième meeting national, Lionel JOSPIN critique implicitement Jacques CHIRAC en dénonçant une“ campagne étroite, obsédante, centrée sur un seul problème, la sécurité (…) comme s’il s’agissait d’être candidat au poste de ministre de l’intérieur et non de président de la République ”.

D’autre part, les observateurs relèvent que, parmi les « cinq France » déclinées jusqu’à présent, seul le slogan “ une France plus juste ” est affiché à la tribune. C’est d’ailleurs au thème de la lutte contre les inégalités que le candidat réserve l’essentiel de son intervention, en se présentant comme le “ candidat de la France du travail ”.

27.03.02 – Devant plus de 300 instituteurs et professeurs, Jean-Pierre CHEVENEMENT déplore l’existence d’une “ crise de l’Education nationale qui résulte depuis trente ans des ravages d’une idéologie soixante-huitarde ”. Pour remédier à cette situation, il propose “ une profonde réforme intellectuelle et morale ” déclinée au travers de sept orientations.

27.03.02 – Dans les heures et la journée qui suivent la tuerie dont le conseil municipal de Nanterre a été le théâtre, au cours de la nuit du 26 au 27 mars, et qui a coûté la vie à huit élus de toutes tendances politiques, abattus par un homme atteint de troubles psychologiques, la plupart des candidats à l’élection présidentielle mettent en garde contre toute exploitation politique du drame. Plusieurs d’entre eux se rendent sur les lieux pour exprimer leur émotion, notamment le président de la République Jacques CHIRAC, le Premier ministre Lionel JOSPIN, Charles PASQUA, élu des Hauts-de-Seine, dont Nanterre est la préfecture, ainsi que Robert HUE, candidat du parti communiste auquel appartiennent la maire et la majorité des élus municipaux. Un début de polémique suit néanmoins les propos tenus à Savigny-sur-Orge (Essonne), dans l’après-midi, par Jacques CHIRAC, qui déclare que « l’insécurité, ça va de l’incivilité ordinaire au drame que nous avons connu cette nuit ». Bruno MEGRET et Corinne LEPAGE établissent également un lien entre la tuerie de Nanterre et le problème général de l’insécurité.

Les propos de Jacques CHIRAC ont eu pour cadre une table-ronde organisée par Xavier DARCOS, son conseiller pour les questions d’éducation, au cours de laquelle le Président candidat a développé ses propositions contre la violence scolaire et a souligné notamment que “ le développement de la permissivité (…) a été à l’origine de beaucoup de problèmes ”.

26.03.02 – En visite à Tours, Lionel JOSPIN développe un des cinq thèmes majeurs de sa campagne : « la France sûre ». Tout en se refusant à “ stigmatiser ” la jeunesse dans son ensemble, le candidat socialiste se déclare partisan de “ sanctions rapides, efficaces et appropriées ”, de procédures de comparution immédiate, de la création de “ structures fermées ” et de la révision de l’ordonnance de 1945.

26.03.02 – En meeting à Marseille, Christine BOUTIN développe ses thèmes de campagne. Celui du “ respect des valeurs se la vie ”, incompatible, à ses yeux, avec le recours à l’avortement, est le plus apprécié par une salle composée de plus de 500 personnes.

26.03.02 –Au Parc des expositions de la porte de Versailles à Paris, Edouard BALLADUR met l’accent sur la “ crédibilité ” de Jacques CHIRAC. Faute du règlement des différends liés aux investitures pour les élections législatives, il a toutefois refusé quelques jours auparavant le rôle de chef de file de la campagne de J

26.03.02 – Confirmée comme candidate du parti radical de gauche (PRG), Christiane TAUBIRA fait appel à une nouvelle agence de communication pour “ repositionner ” sa campagne. L’idée directrice est que Mme TAUBIRA ne soit plus seulement perçue comme la candidate des minorités, mais que son audience les dépasse largement..

25.03.02 – En meeting à Amnéville, en Moselle, Jacques CHIRAC dénonce “ le modèle étatique à bout de souffle choisi depuis vingt ans par les socialistes français ”.

25.03.02 – Dans un déclaration à l’AFP, Lionel JOSPIN estime que « fumer un joint chez soi est certainement moins dangereux que boire de l’alcool avant de conduire », mais se dit opposé à « une dépénalisation du cannabis ». Le soir même, sur France 2, il prend à nouveau la défense du système de retraites par répartition, réaffirmant son hostilité aux « fonds de pension individuels » préconisés par Jacques CHIRAC.

25.03.02 – A la suite de la confusion née des propos du responsable de l’économie au RPR François COPPE sur son projet, Jacques CHIRAC revient, sur France Inter, sur le chiffrage des mesures qu’il propose. Sur les “ 20 milliards d’euros de dépenses nouvelles ”, 8 milliards proviendront de “ redéploiements internes ” et 12 milliards de “ l’augmentation des recettes de croissance ”.

24.03.02 – Au “ Grand Jury RTL-Le Monde-LCI ”, Arlette LAGULLER plaide pour l’interdiction des licenciements collectifs

24.03.02 – Au théâtre Edouard-VII, devant les professionnels de la culture, Lionel JOSPIN exclut “ solennellement toute privatisation de France Télévision ” une privatisation “ que prône la droite ”.

24 03 02 – Robert HUE prévient que le PCF “ ne participera pas à un gouvernement de centre-gauche ”, au vu de certaines propositions de Lionel JOSPIN qui lui paraissent “ participer d’une certaine dérive à droite ” et “ céder à une certaine pression néo-libérale ”.

23.03.02 –A Morcenx, au cœur des Landes, un département rural où le mouvement Chasse, Pêche, Nature, Traditions (CPNT) du candidat Jean SAINT-JOSSE est particulièrement bien implanté, Lionel JOSPIN déclare “ la chasse fait partie du mode de vie rural(…) ; agriculteurs, chasseurs, écologistes doivent apprendre à se parler, à se respecter ”.

23.03.02 –Dans un entretien accordé à plusieurs quotidiens régionaux, Lionel JOSPIN indique “ je ne suis pas pour que la France renonce au nucléaire ”. De Toulouse, Noël MAMERE qualifie ce propos de “ provocation ” et de “ déclaration de guerre ”. Il ajoute “ si Lionel JOPSIN persiste dans cette voie, il ne devra pas compter sur nous pour le second tour ”’. Dans Le Monde du même jour (daté des 24-25 mars), il déclare en outre que Lionel JOSPIN « vient peut-être de casser l’avenir de la gauche plurielle ».

23.03.02 – En déplacement au sommet de l’ONU de Monterrey consacré au financement du développement, Jacques CHIRAC souligne la nécessité d’une augmentation de l’aide publique au développement..

22.03.02 – Publication d’un sondage Louis-Harris-Libération-AOL . Interrogées de nouveau sur “ les projets respectifs du candidat Jacques CHIRAC et du candidat Lionel JOSPIN ”, 5% des personnes interrogées répondent qu’ils leur paraissent globalement “ très différents ” 17% “ assez différents ” 41% “ pas très différents ” 34% “ quasiment identiques ”, 3 % ne se prononçant pas. Ces résultats sont presque totalement similaires à ceux que donnait la même question posée les 22 et 23 février derniers.

22.03.02 – En campagne à Sarcelles, dans la circonscription dont Dominique STRAUSS-KAHN est le député, Lionel JOSPIN revient sur le thème de l’insécurité. Tout en affirmant qu’il ne faut pas « stigmatiser la jeunesse », il assure qu’en matière de délinquance, le chômage « n’est pas une excuse », et que la sécurité « reste une priorité essentielle ».

22.03.02 – En déplacement à Marseille, Lionel JOSPIN met l’accent sur les différences qui séparent, selon lui, son projet de celui de Jaques CHIRAC. Il souligne également le lien affectif qui l’unit à la France.

22.03.02 – Jean-Pierre CHEVENEMENT publie un document de huit pages et un livre de 200 pages présentant, d’une part, « trois engagements » et « vingt mesures-clés », d’autre part, le projet du comité des experts du Pôle républicain ».

20.03.02 – François BAYROU envoie une lettre à Jacques CHIRAC et à Lionel JOSPIN pour leur demander d’accepter le principe d’« un débat avant le premier tour entre les candidats ayant recueilli les parrainages nécessaires ». Lionel JOSPIN, Robert HUE et Noël MAMERE font connaître leur accord. Un communiqué du directeur de campagne de Jacques CHIRAC, Antoine RUFENACHT, rejette la proposition : « La demande de débat télévisé réunissant un si grand nombre de candidats ne pourrait conduire qu’à la confusion ».

20 03 02 – Au « 19-20 » de France 3, Jacques CHIRAC qualifie d’ « abîme » ce qui sépare son projet de celui de Lionel JOSPIN. Ainsi, s’agissant de la sécurité, il déclare : « Pour le parti socialiste, c’est la société, hélas, qui devient violente. Pour moi, c’est une défaillance de l’Etat qui est responsable de l’explosion de l’insécurité ».

20.03.02 –Tandis qu’Arlette LAGUILLER apparaît en 3e position dans plusieurs sondages d’intentions de vote pour le premier tour, Robert HUE déclare à Nice, radicalisant ainsi son discours habituel qu’ “ il y a une dérive droitière incontestable dans l’esprit de Lionel JOSPIN ”.

20 03 02 – A l’occasion de la présentation de son programme, Corinne LEPAGE se déclare « assez sereine » sur sa capacité à atteindre les 500 parrainages nécessaires à la présentation de sa candidature.

20.03.02 –Parmi la cinquantaine de candidats déclarés à l’élection présidentielle, une vingtaine, constituée en collectif, dénonce dans un communiqué la “ sous-médiatisation systématique ” des petits candidats et “ l’abstentionnisme incivique ” des élus qui refusent d’accorder leur parrainage.

20.03.02 – En déplacement à Grenoble, Lionel JOSPIN revient sur un des cinq chapitres qui structurent ses engagements “ une France active ”. Il présente son objectif de 900 000 chômeurs de moins en cinq ans comme crédible car reproduisant ce que son gouvernement a déjà réalisé dans les cinq dernières années. Il défend également le bilan des “ 35 heures ”, et différencie son projet de “ compte-formation ”, représentant une « sécurité collective »,de celui de Jacques CHIRAC, qui fait reposer le financement de la formation tout au long de la vie sur le seul salarié.

19.03.02 – Jean-Marie LE PEN décide de déposer un référé devant le tribunal administratif “ pour sommer le Conseil constitutionnel de remplir sa mission ”. Aux termes de la Constitution, le Conseil doit en effet veiller à “ la régularité de l’élection du Président ”. Or, Jean-Marie LE PEN s’estime victime d’une opération visant à l’empêcher d’obtenir les 500 parrainages dont il a besoin pour être candidat.

19 03 02 – Au cours d’un déplacement en Corse, Jean-Pierre CHEVENEMENT déclare que le processus de Matignon s’apparente “ aux accords de Munich ”. Il assimile les indépendantistes à des “ révisionnistes qui veulent réviser notre histoire commune [et] ethniciser la société française ”. Sa visite est marquée par des manifestations hostiles et le dépôt d’une bombe, détectée et neutralisée avant son passage.

19.03.02 – Après un déplacement à Argenteuil (Val-d’Oise), Jacques CHIRAC rend une visite inopinée au commissariat de police de Clichy-la-Garenne (Hauts-de-Seine), dans lequel une grenade a été lancée au cours de la nuit précédente, pour, « en [sa] qualité de chef de l’Etat (…) apporter [sa] solidarité aux forces de l’ordre et dire [son] indignation devant un acte criminel qui aurait pu tuer ».

19.03.02 – Invité du « 19-20 » de France 3, Lionel JOSPIN revient sur ses propos présentant Jacques CHIRAC comme “ vieilli, usé, fatigué ” . Il déclare “ je suis désolé que ces propos aient été entendus [comme un fait politique]., parce que ce n’est pas moi, cela ne me ressemble pas ”. Concernant le caractère irréaliste parfois reproché à l’objectif qu’il s’est fixé de “ zéro SDF ”, il le qualifie d’ “ objectif idéal ”.

19.03.02 – Sur Europe 1, Jacques CHIRAC juge “ irréaliste ” le projet de Lionel JOSPIN, car il considère que le candidat du parti socialiste ne trouvera pas une majorité pour réaliser ses engagements.

18.03.02 –Jean SAINT-JOSSE tient son douzième meeting de candidat au Palais des congrès, à Paris. Au delà de l’élection présidentielle, son objectif avoué est de préparer les élections législatives qui suivront pour les candidats de son parti, Chasse, pêche, nature et traditions (CPNT).

18.03.02 – A l’occasion d’un déplacement à Avranches, Jacques CHIRAC développe ses propositions en faveur d’une “ écologie humaniste ”.

18.03.02 – Tandis que les sondages semblent sanctionner par un léger repli ses propos sur l’âge du président sortant, Lionel JOSPIN présente son projet présidentiel, publié dans une brochure de 40 pages, tirée à 8 millions d’exemplaires et intitulée « Je m’engage ». Il y développe le thème des “ cinq France ” qu’il avait annoncé lors de sa déclaration de candidature.

17.03.02 – Devant plus de 2000 personnes à la Mutualité, Arlette LAGUILLER confirme qu’elle ne donnera aucune consigne de vote pour le second tour de l’élection présidentielle. Sans illusion sur ses chances d’être élue, elle ne voit dans le bulletin de vote qu’un moyen d’expression, mais qui « peut inquiéter les possédants et réconforter, encourager les travailleurs »

16.03.02 – Daniel GLUCKSTEIN, candidat du Parti des travailleurs (PT), prononce un discours devant le Mur des Fédérés, au cimetière du Père-Lachaise, lors d’une manifestation commémorant la Commune de Paris. Il y déclare notamment que « le programme de la Commune est un programme actuel » et que « Chirac et Jospin appliquent la même politique ».

16.03.02 – Dans un entretien au Monde (daté du 17-18 mars), Jean TIBERI, ancien maire de Paris, exclu du RPR, déclare qu’il soutient Jacques CHIRAC dès le premier tour de l’élection présidentielle, « après avoir longuement hésité ».

16.03.02 – Le Centre national des Indépendants et Paysans (CNI) décide d’apporter son soutien, dès le premier tour, à la candidature de Jacques CHIRAC.

16.03.02 – Dans un entretien accordé à Libération, Bernard CHARLES, député radical de gauche du Lot et président du groupe RCV à l’Assemblée nationale, plaide pour le retrait de la candidate du parti radical de gauche (PRG), Christiane TAUBIRA, de la compétition présidentielle.

15.03.02 – Arlette LAGUILLER va apporter son soutien aux salariées de Cerruti, à qui les nouveaux dirigeants de l’entreprise ne laissent que le choix de partir travailler en Italie ou de percevoir de très faibles indemnités de licenciement.

14.03.02 – Le bureau du Pôle républicain ratifie l’idée de la naissance d’une “ force politique nouvelle ” qui présenterait des candidats dans toutes les circonscriptions aux élections législatives. De son côté, au cas où il ne serait pas élu le 5 mai, Jean-Pierre CHEVENEMENT indique qu’il se prépare à “ entrer dans l’opposition ”.

14.03.02 – En déplacement à Limoges, Lionel JOSPIN répond implicitement aux critiques que lui a adressées Jacques CHIRAC à Marseille. Il prend la défense du socialisme –« grand courant de pensée en Europe et au-delà »- affirme notamment “ je n’ai pas le sentiment que les Français aient eu l’impression d’être gouvernés par des idéologues menaçants ” depuis cinq ans, et insiste sur les différences entre la droite et la gauche.

14.03.02 – Alors qu’il participe au défilé organisé à Paris par la CGT, à l’occasion du sommet de Barcelone, pour la défense des services publics, Robert HUE, candidat communiste à l’élection présidentielle, est pris a partie par des manifestants. Selon Le Monde, il doit, pour cette raison, quitter précipitamment le cortège, alors que le directeur de cabinet de Robert HUE affirme que ce départ s’est effectué à l’heure prévue. Par ailleurs, Olivier BESANCENOT, candidat de la Ligue communiste révolutionnaire (LCR) participe sans encombre au même défilé.

14.03.02 – Invité à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris, François BAYROU se déclare à nouveau défavorable à la création d’une formation unique de la droite.

14.03.02 – Roselyne BACHELOT, porte-parole du candidat, présente à la presse la brochure de 24 pages reproduisant le programme de Jacques CHIRAC. Intitulée « Mon engagement pour la France » et tirée à 12 millions d’exemplaires, elle doit être diffusée à partir du lendemain et présentée simultanément dans dix-sept grandes villes par les principales personnalités de la coalition chiraquienne. Prenant le contre-pied du slogan de campagne contenu dans la déclaration de candidature de Lionel JOSPIN¸ le Président sortant y affirme qu’après cinq années d’un gouvernement de gauche “ la France est moins sûre, moins active, moins forte, moins juste, moins moderne ”.

14.03.02 – Ouverture de la période au cours de laquelle les signatures de parrainage des candidats doivent être déposées au Conseil constitutionnel. Cette période prendra fin le 2 avril.

13.03.02 – Jean-Louis DEBRE, président du groupe RPR à l’Assemblée nationale et Pierre BEDIER, secrétaire général adjoint du RPR, indiquent au Monde que “ la consigne est de ne pas se mêler ” de la question des signatures d’élus parrainant Jean-Marie LE PEN pour l’élection présidentielle, ni en les encourageant, ni en les décourageant. Cette mise au point intervient après que l’ancien ministre (RPR) Robert PANDRAUD a indiqué à France soir, le 8 mars que son mouvement “ s’oppose ” à ce que le président du FN ait les signatures nécessaires.

13.03.02 – Dominique BAUDIS, président du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA), rappelle que l’élection présidentielle est “ une élection à deux tours ” et que les chaînes de télévision ne doivent pas “ se polariser sur le 2e tour ”. Dans sa dernière recommandation, le CSA avait en effet appelé les chaînes à “ traiter la campagne dans des conditions plus conformes au respect du principe d’équité ” qu’il retient. En effet, le principe d’égalité ne s’imposera que lorsque la campagne officielle sera ouverte, le 5 avril.

Le CSA définit le traitement équitable comme étant fonction du poids politique du candidat, de son audience électorale, de l’importance des formations qui le soutiennent dans les assemblées, des intentions de vote dont il est généralement crédité, mais aussi de la “ dynamique de [sa] campagne ”, car c’est à lui de justifier sa présence dans les médias, et non à ceux-ci de la lui fournir artificiellement. Le CSA a en effet a été saisi de réclamations émanant d’une grande partie des 53 personnes qui ont dit vouloir postuler à la candidature suprême.

12.03.02 – Au cours de son premier grand meeting de campagne, à Marseille, Jacques CHIRAC développe une thématique droite contre gauche, fustigeant “ l’idéologie socialiste ” de Lionel JOSPIN.

11.03.02 – Christiane TAUBIRA est invitée à repositionner sa campagne par les instances du Parti radical de gauche (PRG) dont elle est la candidate – sans pour autant en être adhérente -, compte tenu de ses très fables scores dans les sondages.

11.03.02 – Au cours d’une réunion publique à Paris, Alain MADELIN présente son « plan économique pour la France ». Il préconise notamment la retenue à la source de l’impôt sur le revenu et la baisse des dépenses publiques pour baisser les impôts.

11.03.02 – En déplacement à Toulouse devant un millier de personnes, Jean-Marie LE PEN qualifie les maires qui lui auraient retiré leur soutien à la suite de pressions, de “ lâches ” et de “ peureux ”. Ces défections rendent plus incertain l’objectif des 500 signatures requises pour être candidat à l’élection présidentielle.

11.03.02 – A la suite des propos de Lionel JOSPIN sur l’usure et le vieillissement du Président sortant, Jacques CHIRAC, invité de la rédaction de France 2, considère que ces propos sont “ une technique qui s’apparente un peu au délit d’opinion, au délit de sale gueule ”. Il se déclare par ailleurs favorable à une réforme de la Constitution qui permette au Président de la République d’être entendu par un juge, contrairement au texte actuel qui ne lui « permet pas » de déférer aux convocations dont il a été l’objet. Il se présente comme « le seul obstacle à la mainmise totale par la gauche sur le pays ».

11.03.02 – Dans un entretien au Figaro, Jacques CHIRAC dénonce “ l’agressivité, l’arrogance et le mépris ” de “ certains candidats ”, visant en fait Lionel JOSPIN. D’autre part, “ l’intrumentalisation des affaires ” dont il s’estime victime lui paraît relever “ de tous les extrémismes, de tous les fascismes ”.

10.03.02 – Dans l’avion qui le ramène d’un voyage éclair à La Réunion où il a réaffirmé la possibilité pour les Réunionnais de conserver le statut de département “ aussi longtemps qu’ils le voudront ”, Lionel JOSPIN confie aux journalistes que Jacques CHIRAC “ a vieilli. L’exercice du pouvoir l’a usé. Il est d’une grande passivité ”. Le lendemain, on précisera dans l’entourage du Premier ministre que cet échange a eu lieu dans le cadre d’une “ discussion informelle ”.

08.03.02 – Au Palais des sports de Paris, dans un meeting intitulé « 2002.Idées de femmes »,organisé par le comité « 2002 femmes s’engagent pour 2002 », Lionel JOSPIN se félicite de l’apport des femmes à la vie du pays, et notamment du rôle qu’ont joué les femmes de son gouvernement. Il envisage des modifications institutionnelles pour renforcer leur présence dans la vie politique : la proportionnelle pour l’élection des conseils généraux et un statut de l’élu qui permette aux femmes de mieux concilier cette fonction avec leurs contraintes familiales. Le meeting est notamment marqué par une intervention de Sylviane AGACINSKY, épouse de Lionel JOSPIN, qui , tout au long de la journée a multiplié les apparitions médiatiques, qui témoignent de son entrée en campagne aux côtés de son mari.

08.03.02 – Devant 200 personnes environ, à Compiègne, Charles PASQUA propose d’organiser un référendum sur la sécurité, incluant notamment la création d’une “ garde nationale ”. En début d’après midi, à Chantilly, il avait précisé “ quoi qu’il arrive, je n’appellerai pas à voter Jospin ” au second tour ».

08.03.02 – A l’occasion de la Journée des femmes, Jacques CHIRAC effectue une visite à Montauban, la ville d’Olympe de GOUGES, qui rédigea les “ droits de la femme et de la citoyenne ”. Il se félicite de “ l’action des femmes dans la vie publique ” et déplore « les graves inégalités qui demeurent en matière d’accès à l’emploi ou de salaire ”.

08.03.02 – Au siège du PCF, Robert HUE présente les « 25 engagements majeurs » de son programme, parmi lesquels une augmentation de 300 euros du smic, des petites retraites et des minima sociaux, une allocation d’autonomie de 700 euros par mois pour les jeunes de 18 à 25 ans qui le souhaitent, le droit de regard des salariés dans la gestion de leur entreprise, l’instauration de la proportionnelle à tous les scrutins, le droit de vote des résidents étrangers, la régularisation des sans-papiers et l’abandon de la double peine… Il critique aussi bien « la course aux électeurs centristes » de Lionel JOSPIN que la « contestation stérile sans lendemain » dont relèvent les « propositions (…) irréalistes » d’Arlette LAGUILLER.

08.03.02 – La plupart des candidats à l’élection présidentielle saluent la Journée des femmes . Jean-Pierre CHEVENEMENT partage son repas avec la rédaction de Elle ; Noël MAMERE diffuse un quatre-pages sur “ les droits des femmes, des droits pour tous ” ; Arlette LAGUILLER est l’invitée de nombreuses émissions pour parler de la condition des femmes ; Bruno MEGRET cède la parole à son épouse Catherine, qui s’en prend à la parité voulue “ par les génisses folles du socialisme ”.

07.03.02 – Au “ Cercle Républicain ”, Jean-Pierre CHEVENEMENT présente sa vision de l’Europe. Il préconise la création d’une seconde chambre au Parlement européen, “ émanation des Parlements nationaux ”. Il s’élève contre le nombre de directives qui témoignent à ses yeux d’un trop grand interventionnisme de l’Europe. Sans réclamer une abrogation du traité de Maastricht, il se prononce pour sa modification.

07.03.02 – Lors de son premier meeting de campagne présidentielle à Lille, Lionel JOSPIN brocarde longuement le “ candidat du RPR ” devant quelque 12000 personnes. Il lui reproche ses promesses non tenues de 1995, ainsi que l’addition de choix contradictoires “baisse des recettes, hausse des dépenses et réduction du déficit ” qu’il préconise en matière budgétaire.

06.03.02 – Dans une lettre adressée à Yves GUENA, président du Conseil constitutionnel, Jean-Pierre CHEVENEMENT dénonce la « très grave distorsion » dont souffre le traitement des candidats à l’élection présidentielle par les chaînes de télévision. Durant la campagne officielle, c’est à dire pendant les seize jours qui précèdent le premier tour de scrutin, les médias audiovisuels publics sont contraints de consacrer un temps d’antenne égal aux différents candidats. Mais auparavant, selon la recommandation du CSA, il sont seulement tenus de respecter un principe d’ “ équité ” entre les candidats. Or, en pratique, les inégalités qui les séparent depuis quelques semaines sont considérables, se plaint l’ancien ministre de l’Intérieur, rejoignant en cela le communiqué rendu public ce même jour par le CSA, qui estime que « l’écart entre les temps accordés à MM. Chirac et Jospin ainsi qu’à leurs soutiens, d’une part, et à l’ensemble des autres candidats et à leurs soutiens, d’autre part, doit être réduit (…) ».

06.03.02 – En visite à Nantes, Noël MAMERE, candidat des Verts, renvoie dos-à-dos Jacques CHIRAC et Lionel JOSPIN sur le problème de l’insécurité en stigmatisant leur “ faute ” commune : “ répondre à ce problème par la répression ”.

06.03.02 – En déplacement à Strasbourg, Jacques CHIRAC souhaite une Constitution européenne, un Président élu par le Conseil européen, qui remplacerait le système des présidences tournantes, et la formation d’un “ groupe pionnier ” de pays qui assurent l’avant-garde de l’union élargie. Il a par ailleurs qualifié de “ faute ” la “ naïveté ” que Lionel JOSPIN a reconnue concernant le traitement du problème de l’insécurité.

06.03.02 – Bertrand DELANOE, président du comité de soutien à Lionel JOSPIN présente la listes des membres de ce comité. On y trouve des personnalités du spectacle, de la littérature, de l’université. On relève en revanche l’absence des cinéastes qui s’étaient mobilisés pour la régularisation des sans-papiers, et de certaines figure de la recherche dans le domaine des sciences dures, ce que Le Monde relie aux conséquences du passage de Claude ALLEGRE au ministère de l’Education nationale et de la recherche.

05.03.02 – Après avoir mis en doute le matin, sur France Inter, la “ crédibilité ” du candidat Jacques CHIRAC, auteur selon lui de manière récurrente de propositions “ mirobolantes ” Lionel JOSPIN développe, l’après-midi, en Meurthe-et-Moselle , la politique familiale qu’il entend voir mettre en œuvre.

05.03.02 – Devant quelque 2000 supporteurs rassemblés au Cirque d’Hiver à paris, Jean Pierre CHEVENEMENT se déclare “ candidat de la gauche et de la droite ”, déclinant par là la suggestion de ses partisans pasquaïens qui auraient préféré le voir se recadrer comme candidat de droite. Alors qu’il est confronté à un tassement dans les sondages qui semblent éloigner la perspective de sa participation au second tour, il évoque, pour la première fois, cette hypothèse, en affirmant que, dans ce cas, il ne sera pas “ un rabatteur de voix ”. Il affirme n’être candidat à aucun autre poste que celui de Président de la République.

05.03.02 – Tandis que la plupart des sondages récents donnent désormais Lionel Jospin gagnant au 2e tour de la présidentielle par 51 ou 52% des voix, un niveau occupé jusque il y a peu par Jacques CHIRAC, celui-ci rend visite à ses principaux lieutenants à son QG de campagne.

04.03.02 – Dans un entretien accordé au Figaro, Christian BLANC annonce qu’il n’est finalement pas candidat à l’élection présidentielle, mais qu’il fera néanmoins campagne. Il affirme n’avoir “ jamais eu l’ambition d’être un homme politique ” mais démissionne des responsabilités qu’il occupait dans les entreprises dont il assumait la direction..

04.03.02 – Noël MAMERE présente son programme à la presse, articulé autour de 155 mesures dans un cybercafé du 3e arrondissement de Paris.

04.03.02 – En déplacement à Mantes-la-Jolie, Jacques CHIRAC dénonce “ la culture de la permissivité, du laxisme ” qui se serait développée chez “ une partie des responsables –pas seulement politiques- de notre pays”.

03.03.02 – Invité du Journal de 20h sur TF1, Lionel JOSPIN décrit les trois ressorts de son projet politique : national, européen et universaliste. Il dénonce les propositions de Jacques CHIRAC à Saint-Cyr-su-Loire. En matière d’insécurité, il reconnaît “ avoir péché un peu par naïveté ” en pensant que “ si on fait reculer le chômage, on fait reculer l’insécurité ”.

01.03.02 – En déplacement en Franche-Comté, Noël MAMERE souligne le “ lien ” qui unit son sort et celui de Dominique VOYNET, députée du Jura, qui l’accueillait.

01.03.02 – Jacques CHIRAC inaugure son QG de campagne, le Tapis rouge, ancien grand magasin, dans le 10e arrondissement de Paris.

01.03.02 – Publication d’un livre d’entretiens de Lionel JOSPIN avec le journaliste Alain DUHAMEL. Dénonçant la “ présidence passive ” de Jacques CHIRAC, il y préconise que le chef de l’Etat puisse être entendu par les juges sur les actes détachables de la fonction de Président de la République, entre autres réformes institutionnelles. Il se déclare favorable à la poursuite de la baisse des impôts sous condition qu’elle ne compromette pas l’accomplissement des grandes fonctions de l’Etat. Il évoque sont passé trotskiste en bornant son militantisme à la seule année 1970 et en affirmant que les liens qu’il avait gardés ensuite avec l’OCI, tandis qu’il était responsable au parti socialiste, à partir de 1973, “ n’ont en rien dirigé [son] engagement ni pesé sur [ses] prises de position publiques ”.

28.02.02 – En déplacement à Saint-Cyr–sur-Loire, Jacques CHIRAC énonce ses propositions pour “ retrouver le chemin du progrès ”. Concernant la réforme des retraites, il affirme à la fois la nécessité de “ sauver la retraite par répartition ” et d’introduire en France des “ fonds de pension ”. Il préconise la baisse des charges qui pèsent sur les entreprises car c’est “ l’outil le plus puissant, le plus efficace pour réduire le chômage ”, ainsi que “ l’assouplissement ” des 35 heures. Il affirme l’objectif d’abaisser d’un tiers en cinq ans l’impôt sur le revenu . , tout en finançant les priorités de l’action de l’Etat et en contenant les déficits publics.

28.02.02 – Hervé de CHARRETTE, président délégué de l’UDF, déclare à l’AFP qu’il ne sera pas candidat à l’élection présidentielle.

28.02.02 – Le Parlement européen vote contre la demande de levée d’immunité parlementaire de Charles PASQUA, candidat à l’élection présidentielle. La demande s’inscrivait dans le cadre d’enquêtes sur un trafic d’armes à destination de l’Angola et sur le financement de la campagne des élections européennes de 1999.

28.02.02. – Lionel JOSPIN inaugure son siège de campagne, baptisé “ atelier de campagne ” au 325, rue Saint-Martin, dans le 3e arrondissement de Paris. Il présente son équipe à la presse : Jean GLAVANY est directeur de campagne et Yves COLMOU directeur adjoint ; les deux porte-parole sont Martine AUBRY et Dominique STRAUSS-KAHN , Laurent FABIUS exerçant les fonctions de « conseiller spécial » ; Jean-Marc AYRAULT est « conseiller » et coordinateur des quatorze porte-parole thématiques ; François HOLLANDE préside le « conseil politique » de 70 membres et Bertrand DELANOE le comité de soutien ; Alain CLAEYS et Jean-Louis BIANCO sont respectivement mandataire financier et mandataire national.

27.02.02. – Une liste de 109 parlementaires UDF et DL appelant à voter pour Jacques CHIRAC dès le premier tour de l’élection présidentielle est publiée par Le Figaro. Parmi eux, les présidents des groupes parlementaires Philippe DOUSTE-BLAZY (UDF, Assemblée nationale), Jean-François MATTEI (DL, Assemblée nationale) et Henri de RAINCOURT (Républicains et Indépendants, Sénat), ainsi que Bernard BOSSON, vice-président de l’UDF,et François LOOS, président du parti radical.

26.02.02. – Lors d’un meeting à Nice, Alain MADELIN dénonce la “ course au centre ” des différents candidats qui, selon lui, lui ouvre « un boulevard ». Evoquant la perspective du second tour il avait auparavant déclaré : « Ma préférence est claire : je ferai tout pour barrer la route à Jospin ».

25 02.02. – Lors d’un déplacement à Besançon pour célébrer le bicentenaire de la naissance de Victor Hugo, Lionel JOSPIN souligne l’importance de thèmes comme “ la liberté, la justice et l’Europe ” chez cet écrivain.

25.02.02. –Publication d’un sondage Louis Harris-Libération-AOL . Interrogées sur “ les projets respectifs du candidat Jacques CHIRAC et du candidat Lionel JOSPIN ”, 4% des personnes interrogées répondent qu’ils leur paraissent globalement “ très différents ” 18% “ assez différents ” 40% “ pas très différents ” 34% “ quasiment identiques ”, 4 % ne se prononçant pas.

24.02.02. – Sur Radio J, Charles PASQUA indique qu’il ne donnera pas de consigne de vote pour le deuxième tour de l’élection présidentielle.

24.02.02. – Jean GLAVANY quitte le ministère de l’Agriculture pour se consacrer à son rôle de directeur de la campagne présidentielle de Lionel JOSPIN. Il est remplacé à ce poste par François PATRIAT, ancien secrétaire d’Etat aux PME, au commerce à l’artisanat et à la consommation. Les attributions de ce dernier sont transférées à Christian PIERRET, secrétaire d’Etat à l’industrie, promu ministre délégué.

24.02.02. – François BAYROU prononce un discours au grand meeting de l’Union en mouvement (UEM) à Toulouse, d’où sont absents les autres candidats de droite. Il y désapprouve l’idée d’une disparition du RPR et de l’UDF. Sous les huées d’une salle largement acquise à Jacques CHIRAC, il évoque la possibilité pour lui de sortir vainqueur des primaires à droite.

24.02.02 – Lors du congrès extraordinaire du parti socialiste à la Mutualité, Lionel JOSPIN est désigné candidat par 99,07% des adhérents au terme d’un scrutin qui s’est déroulé entre le 22 et le 23 février. Lionel JOSPIN était le seul candidat, ses concurrents ne remplissant pas les conditions statutaires. Revenant sur ses propos tenus à France 2, il déclare :“ Ma candidature devant les Français n’a de sens que si elle est aussi celle des socialistes ”. Stigmatisant la candidature de Jacques CHIRAC, il remarque “ Deux ans de présidence infidèle et cinq ans de présidence passive font sept ans de présidence contestée ”.

23/24.02.02 – Lors du congrès du Mouvement national républicain (MNR) suivi, le lendemain d’une convention, Bruno MEGRET, qui n’a toujours pas recueilli les 500 signatures nécessaires à sa candidature, est réélu à la tête de son parti avec 97,4% des suffrages exprimés, et présente les prochaines consultations présidentielle et législatives comme « une étape » devant permettre d’ « enraciner [son] mouvement et [d’] achever [sa] maturation ». Son directeur de campagne, Gilles PENNELLE, désigne « l’adversaire principal » : « la gauche, Jospin le trotskiste . Et, au niveau international (…) l’islamisme».

23.02.02. – Ouverture du Salon de l’agriculture, porte de Versailles à Paris : la quasi-totalité des candidats a prévu de s’y rendre avant sa fermeture le 3 mars.

21.02.02 – Invité au journal télévisé de 20h sur France 2, Lionel JOSPIN déclare que, bien que “ socialiste d’inspiration ”, il ne présente pas aux électeurs un “ projet socialiste ”, mais “ un synthèse de ce qui est nécessaire aujourd’hui ”.

20.02.02 – Lionel JOSPIN se déclare officiellement candidat à la présidence de la République dans une « lettre aux Françaises et aux Français » adressée par fax de son domicile à l’Agence France-Presse. Quelques heures plus tôt, il a pris congé des députés, lors de la dernière séance de questions d’actualité de la législature à l’Assemblée nationale. Dans sa lettre, il prend « cinq engagements » : « Je veux une France active, (…) une France sûre, (…) une France juste, (…) une France moderne, (…) une France forte (…) ». Sa candidature doit recevoir l’investiture du congrès extraordinaire du PS convoqué pour le dimanche 24 février.

20.02.02 – Le bureau politique de l’UDF adopte une motion suspendant de leurs fonctions les responsables du mouvement qui ne soutiendraient pas la candidature de François BAYROU à l’élection présidentielle. Bien qu’ils ne soient pas nommément désignés, les premiers visés sont Hervé de CHARETTE et Dominique PAILLE, respectivement président délégué et délégué général de l’UDF, mais aussi Philippe DOUSTE-BLAZY et Nicole FONTAINE.

19.02.02 – Lors de son premier déplacement comme candidat, Jacques CHIRAC développe, à Garges-lès-Gonesse (Val d’Oise), le thème de la lutte contre l’insécurité et annonce notamment, au cas où il serait réélu, la création d’un ministère « spécifiquement chargé de la sécurité intérieure ».

19.02.02 – Dans l’Humanité, Robert HUE, auquel Le Figaro, Le Monde et Le Parisien viennent de consacrer des articles peu encourageants, s’élève contre la façon dont les médias traitent sa candidature, imputant ce traitement au fait qu’il « dérange ». Il dénonce « l’escamotage » du premier tour de l’élection présidentielle, alors que, dit-il, « j’ose prétendre que le seul moment –je dis bien : le seul- qui permet de donner tout son sens à l’élection du président de la République, c’est le premier tour ».

15.02.02 – Candidat à l’élection présidentielle, le fantaisiste DIEUDONNE déclare, dans une interview à l’Echo des Savanes, qu’il « préfère le charisme de Ben Laden à celui de George Bush », que « Ben Laden est le personnage le plus important de l’histoire contemporaine » et que le fait qu’il soit « seul contre la plus grande puissance du monde (…) inspire le respect ».

15.02.02 – Philippe de VILLIERS annonce officiellement, par un communiqué, qu’il ne sera pas candidat à l’élection présidentielle et qu’il ne soutiendra personne.

14.02.02 – A Blagnac (Haute-Garonne), Christiane TAUBIRA (PRG) annonce officiellement qu’elle a obtenu 580 signatures d’élus, dont 310 non-radicaux, en vue de sa candidature à l’élection présidentielle.

14.02.02 – Devant les professionnels de santé, Jacques CHIRAC revient sur le plan Juppé qui avait provoqué une rupture entre les médecins et la droite en 1995. Il prend ses distances vis-à-vis de ses principales dispositions, en relevant que si ses “ objectifs étaient justes, certaines des conséquences qui en furent tirées à l’époque ont été à l’origine d’un très grave malentendu ”.

13.02.02 – Jean SAINT-JOSSE, candidat (CPNT) à l’élection présidentielle, tient son premier meeting de campagne à Palavas-les-Flots (Hérault).

11.02.02 – Au cours d’un déplacement à Avignon, ville ou Marie-José ROIG a mis en échec Elisabeth GUIGOU lors des dernières élections municipales, Jacques CHIRAC annonce sa candidature à l’élection présidentielle. Le soir même sur TF1, il affirme sa “ passion ” pour la France.

09.02.02 – A l’occasion d’un colloque au Sénat, Emile ZUCCARELLI, Maire de Bastia et député PRG de Haute-Corse annonce son ralliement à la candidature de Jean-Pierre CHEVENEMENT. Emile ZUCCARELLI a été amené à quitter le gouvernement de Lionel JOSPIN par suite de son désaccord sur le processus de Matignon visant à dégager un nouveau statut pour la Corse. Ce même jour, la Nouvelle Action Royaliste (NAR) qui avait appelé à voter François MITTERRAND en 1981 a fait part de son “ entrée en campagne ” aux côtés de l’ancien ministre de l’Intérieur.

06.02.02 - Jean-Pierre CHEVENEMENT repousse finalement le ralliement que lui proposait Philippe DE VILLIERS. Dans les jours précédents, certains de ses soutiens de gauche avaient dénoncé auprès de lui l’éventualité de ce rapprochement..

05.02.02 – Patrick NOFRI, militant socialiste des Bouches-du-Rhône, annonce sa candidature à l’investiture du PS pour l’élection présidentielle. Instituteur, âgé de 46 ans, membre du Ps depuis 1996, il a été candidat des Verts aux élections législatives de 1993.

04.02.02 - Jean SAINT-JOSSE, président du mouvement Chasse, pêche, nature et traditions (CPNT) annonce sa candidature à l’élection présidentielle. Il disposerait d’ores et déjà d’un millier de promesses de signatures d’élus. Agé de 56 ans, il est maire de Coarraze (Pyrénées-Atlantiques). Son mouvement a obtenu 6,7% des voix lors des élections européennes de 1999.

03.02.02 - A l’occasion du banquet annuel organisé par le journal de son parti, National Hebdo, Jean-Marie LE PEN affirme n’avoir pas changé d’idées depuis qu’en 1958 il était “ député CNIP de centre-droit ”. Le Figaro affirme par ailleurs qu’il disposerait déjà des 500 signatures nécessaires à sa candidature.

02.01.02 - Selon Le Monde, Nicolas MIGUET envisage d’être candidat à l’élection présidentielle. Agé de 40ans, Fondateur du Rassemblement des contribuables français (RCF), il a débuté ses activités politiques à l’âge de 17 ans chez les Jeunes Giscardiens dont il s’est ensuite éloigné. Il est aujourd’hui propriétaire de titres de presses consacrés à la Bourse, et animateurs de nombreux supports multimédias.

02.02.02 - A l’occasion du Conseil national du RPR, Alain JUPPE dénonce la “ campagne ordurière ” des socialistes à la suite du retour en France de Didier SCHULLER, ex-directeur général de l’office HLM des Hauts-de-Seine. Résidant depuis plusieurs années à Saint-Domingue et sous le coup d’un mandat d’arrêt international, cet ancien conseiller général des Hauts-de-Seine a décrit comment cet office aurait permis le financement du RPR national. L’ancien premier ministre stigmatise la stratégie adoptée selon lui, par les dirigeants socialistes: “ attaquer les personnes en remuant la merde ”.

31.01.02L’Humanité publie le texte d’une « Adresse aux Françaises et aux Français » de Robert HUE. Celui-ci appelle à voter « pour redonner toutes ses couleurs à la gauche, pour une autre politique à gauche ».

31.01.02 - Ouverture du Forum mondial de Porto Alegre, où sont présents trois candidats à l’élection présidentielle française : Jean-Pierre CHEVENEMENT, Noël MAMERE et Olivier BESANCENOT. Ce dernier a déclaré, sur RTL, qu’il voterait personnellement « à gauche » au second tour, alors que son parti, la LCR, a décidé de ne pas donner de consigne de vote ;

31.01.02 - Christian BLANC, qui envisage l’hypothèse d’une candidature à l’élection présidentielle, se fixe l’objectif d’un million de signatures pour l’ “ Appel des Français au futur président de la République ” qu’il a rédigé. Ce texte souligne notamment la nécessité de réformer la fonction publique, le droit de grève dans les transports publics, l’exercice de la politique et d’approfondir la décentralisation ”.

29.01.02 - Dans le Figaro, François LOOS, président du parti radical, une des composantes de l’UDF, confirme qu’il proposera à son organisation de soutenir Jacques CHIRAC dès les premier tour de l’élection présidentielle.

29.01.02 – Dans une « déclaration solennelle aux Français », Charles PASQUA confirme qu’il sera candidat à la prochaine élection présidentielle. Il stigmatise les “ cogérants ” Jacques CHIRAC et Lionel JOSPIN : “ leur politique commune et leurs programmes interchangeables se satisfont du déclin dont ils sont responsables ”.

28.01.02 – Dans Le Monde daté du 29 janvier, Jean-Claude GAUDIN, maire (DL) de Marseille, vice-président du Sénat, appelle à « voter Chirac dès le premier tour ».

27.01.02 – Devant le « Grand Jury RTL-Le monde-LCI », Ernest-Antoine SEILLIERE, président du Medef, conteste que son mouvement veuille « intervenir en partisan » dans la campagne électorale. Soucieux de « ne gêner personne », il estime que « ce serait une erreur de vouloir labelliser un candidat ». Se refusant à exprimer un choix entre les candidats, il critique cependant la politique suivie par le gouvernement depuis cinq ans, notamment en ce qui concerne les 35 heures, et considère qu’elle « n’a pas été favorable au développement des entreprises de notre pays ».

27.01.02 - Ayant annoncé sa candidature à l’élection présidentielle depuis seize mois, DIEUDONNE M’BALA M’BALA indique par la voix de son “ comité de soutien ” qu’il dispose des 500 signatures nécessaires. Plus connu du grand public pour son métier de fantaisiste, il a cependant déjà été candidat aux élections législatives de 1997 à Dreux, et a recueilli 7,74% des voix. Un an plus tard, aux élections régionales, il approche les 5% dans son département, mais renonce finalement à se présenter aux municipales pour soutenir la liste de la gauche plurielle.

27.01.02 - Devant les secrétaires de section du parti socialiste réunis à Paris, à la Mutualité, Lionel JOSPIN déclare qu’il se “ rend disponible pour les rendez-vous politiques à venir ”,mais qu’il entend “ continuer à remplir sa mission de chef de gouvernement ”.

27.01.02 - Christine BOUTIN tient son premier grand meeting au Zénith à Paris, et rassemble près de 4000 personnes. En marge de cette manifestation, elle confie à Libération avoir réuni plus de 400 signatures et confirme qu’elle n’entend donner “ aucune consigne de vote pour le second tour ” même si “ tout le monde sait que mon adversaire est Monsieur JOSPIN ”.

26.01.02 - Olivier BESANCENOT rassemble 1500 personnes dans un meeting à Saint-Denis. Au second tour de la présidentielle, la Ligue Communiste Révolutionnaire n’appellera pas à faire barrage à la droite comme c’était l’habitude le lors des précédentes élections. Néanmoins, la LCR se refuse “ à tirer un trait d’égalité entre la droite et la gauche ” affirme Alain KRIVINE, porte-parole du mouvement, lors de cette réunion.

26.01.02 - Selon la Fédération nationale des associations d’usagers de transport (FNAUT), quatorze candidats à la présidentielle sont favorables à une amnistie sur les infractions routières. En revanche, quatre d’entre eux se sont déclarés contre : Noël MAMERE, Antoine WAECHER, Charles PASQUA, Philippe DE VILLIERS. Cinq autres candidats ne souhaitent qu’une amnistie sur les amendes de stationnement : François BAYROU, Olivier BESANCENOT, Brice LALONDE, Corinne LEPAGE et Jean-Marie Le PE N.

26.01.02 - Dans un entretien au Figaro, Edouard BALLADUR apporte son soutien à la candidature de Jacques CHIRAC dès les premier tour.

24.01.02 - Dans une réunion publique a Troyes, Philippe SEGUIN déclare souhaiter que Jacques CHIRAC soit de nouveau candidat à l’élection présidentielle, notamment parce qu’il n’a “ qu’imparfaitement rempli les promesses nées de son élection ” compte tenu de l’échec de la dissolution de 1997, dont il relève qu’elle a affecté la “ crédibilité ” du Président sortant.

24.01.02 - Dans deux entretiens accordés l’un à L‘Express, l’autre au Nouvel Observateur, Pierre LARROUTUROU annonce sa candidature à l’élection présidentielle. Cet ancien militant du Parti socialiste se montre très critique à l’égard du bilan de la gauche.

22.01.02 - Au Grand Rex à Paris, Alain MADELIN lance sa campagne devant à peu près 2500 personnes, dont Charles MILLON, François d’AUBERT, Laurent DOMINATI et José ROSSI.

22.01.02 - les principaux animateurs de l’Union en mouvement (UEM) se sont retrouvés lors d’une réunion publique à Maison-Alfort, au lendemain de la création à Lyon d’un comité pour la candidature de Jacques CHIRAC. Alain Juppé, Nicolas SARKOZY, Phillipe DOUSTE-BLAZY et Jean-Pierre RAFFARIN se sont succédé à la tribune, en présence notamment de Jérôme MONOD.

22.01.02 - A l’occasion d’une question orale à l’Assemblée nationale portant sur le climat social, Lionel JOSPIN a implicitement répondu aux propos tenus par le Président de la République à Auxerre, “ nous avons entendu avec intérêt réévoquer, à l’occasion d’un déplacement, le thème de la fracture sociale, qui avait occupé beaucoup de place en 1995, avait disparu entre 1995 et 1997,et qui fait une résurgence fugitive ”.

19.01.02 – L’Association pour la taxation des transactions financières et l’aide au citoyen (ATTAC) présente son « manifeste 2002 », intitulé « Un autre monde est possible » lors d’un meeting au Zénith, à Paris, qui rassemble près de 6000 personnes. L’ambition d’ATTAC, qui milite contre « les méfaits de la mondialisation libérale », est de « se faire entendre dans les débats électoraux qui vont s’instaurer en France » sans présenter ni soutenir un candidat, mais « en s’adressant directement aux citoyens ».

19.01.02 – L’Humanité hebdo publie une première liste de 1000 signatures d’élus de 92 départements métropolitains et de deux départements d’Outre-Mer parrainant la candidature de Robert HUE. Parmi les signataires figure Maxime GREMETZ, député de la Somme, qui avait brigué, contre Robert HUE, l’investiture du PCF pour la candidature à l’élection présidentielle.

19.01.02 - Jean-Pierre CHEVENEMENT fonde officiellement le pôle républicain, qui rassemble ses soutiens “des deux rives”. Dans l'hypothèse où il ne figurerait pas au second tour de l’élection présidentielle, le président de la nouvelle structure, Max GALLO, envisage de ne pas se prononcer. “Vous êtes venu librement au pôle républicain, votez librement” a-t-il déclaré, tout en ajoutant qu’il “ne peut pas répondre pour Chevènement ”, qui “refuse” d’envisager l’hypothèse de son élimination du second tour. Cherchant à démentir le repositionnement à gauche qui lui a parfois été prêté récemment, Jean-Pierre CHEVENEMENT a mis sur le même plan le Président et son Premier ministre, notamment du point de vue de ce qu’il considère révéler leur tiédeur républicaine.

18.01.02 – Robert HUE tient à Nantes son premier grand meeting de campagne, en présence de Marie-George BUFFET, secrétaire nationale du PCF.

17.01.02 - Jacques CHIRAC reprend ses déplacements en province par une visite à Auxerre. Il met à profit ce voyage pour critiquer le fait qu’en France aujourd’hui “ les riches s’appauvrissent et les pauvres s’enrichissent ”.

17.01.02 - A la suite du déclenchement d’une enquête préliminaire sur les conditions de l’acquisition par Lionel JOSPIN d’une maison à l’île de Ré, conséquence d’une plainte de la “ Ligue de défense des victimes des notaires ”, le premier ministre livre le détail du financement de l’achat de cette maison, largement composé d’emprunts à divers organismes financiers.

17.01.02 - Noël MAMERE, candidats des Verts à l’élection présidentielle lance sa campagne au Palais des Congrès de Toulouse, la ville qui a été victime de l’explosion de l’usine AZF. D’après son directeur de campagne, Jean-Luc BENNHAMIAS, il disposerait aujourd’hui de 350 promesses de signatures d’élus – un chiffre modeste lié à une campagne qui a démarré tardivement, compte tenu du changement de candidat des Verts.

16.01.02 - Malgré ses ennuis judiciaires et la défection d’un certain nombre de ses soutiens au profit de Jean-Pierre CHEVENEMENT, Charles PASQUA réaffirme l’imminence de sa déclaration de candidature.

16.01.02 - A Rennes, devant une trentaine de responsables d’associations pour la plupart écologistes, Corinne LEPAGE a présenté son programme. Elle affirme compter déjà les 500 signatures d’élus nécessaires.

16.01.02 - Christiane TAUBIRA, candidate du Parti Radical de Gauche, a présenté ses vœux à la presse. Son entourage affirme qu’elle dispose d’ores et déjà de 420 signature d’élus, sans l’outremer.

15.01.02 - le MEDEF présente des “ propositions ” dont le but explicite est d’alimenter le débat préélectoral. L’organisation patronale recommande la suppression de certains impôts (taxe professionnelle, taxes sur les salaires pour les employeurs non assujettis à la TVA) la réforme de la protection sociale (financement partiel par l’impôt, introduction de la concurrence entre les organismes s’occupant de l’assurance maladie), la révision de la retraite des fonctionnaires, l’introduction d’un régime de capitalisation, la révision de la loi sur les 35 heures, la réduction du rôle de la loi au profit du contrat, la dévolution aux collectivités locales de l’éducation et de la formation, l’établissement d’un lien entre emploi public et richesse créée…

14.01.02 - François Bayrou inaugure la formule d’un rendez-vous hebdomadaire avec la presse, consacré à la présentation de son projet.

14.01.02 - Christine BOUTIN indique qu’elle ne “ donnera pas de consigne de vote ” pour le second tour de l’élection présidentielle si elle ne peut pas y être présente.

13.01.02 - Nelson Mandela ayant annulé “ pour des raisons de calendrier ” le rendez-vous prévu avec Jean-Marie LE PEN, celui-ci a renoncé au déplacement qu’il avait prévu en Afrique du Sud.

13.01.02 - A l’issue de son Conseil national, le Parti des Travailleurs annonce qu’il présentera son secrétaire national, Daniel Gluckstein, comme candidat à l’élection présidentielle. Agé de 48 ans, Daniel Gluckstein indique qu’il a déjà recueilli 600 signatures d’élus. Il annonce la parution début avril d’un livre cossigné avec le fondateur de son organisation, Pierre Boussel (alias Lambert).

12.01.02 – Le Monde (daté du 13-14 janvier) indique que, début janvier, Zouhair ALI, militant socialiste du 5e arrondissement de Paris, a fait acte de candidature à l’investiture du Ps pour l’élection présidentielle, à l’instar de Claude ESCARGUEL et Eric HINTERMANN (voir 10.01.02).

12.01.02. – A l’occasion de l’assemblée générale extraordinaire des Verts, à La Plaine-Saint-Denis, Noël MAMERE lance sa campagne. Il se définit clairement comme “ le candidat anti-Chirac ”, critiquant notamment la “ dérive affairiste ” de la Mairie de Paris, et qualifie Jean-Pierre CHEVENEMENT de “ candidat crédible … de la droite ”. Il souligne également que , si leur campagne est autonome par rapport au PS, les Verts ne sont pas “ ailleurs comme CHEVENEMENT, ou à gauche de la gauche, mais au cœur de la gauche ”.

11.01.02 – Selon Libération, l’équipe de campagne de Lionel JOSPIN est composée de Jean GLAVANY, directeur de campagne, d’Alain CLAEYS, trésorier, de François REBSAMEN et Yves COLMOU. François HOLLANDE est le conseiller stratégique. Dominique STRAUSS-KAHN et Martine AUBRY notamment fourniront au candidat des idées et des thèmes. La communication est confiée à Jacques SEGUELA et Stéphane FOUKS, deux dirigeants du groupe Euro-RSCG, qui avaient déjà travaillé pour Lionel JOSPIN lors des campagnes de 1995 et 1997.

10.01.02. Libération fait état de l’intention de deux membres du parti socialiste de briguer l’investiture du PS pour l’élection présidentielle, aux côtés de Lionel JOSPIN.

Claude ESCARGUEL, 53 ans, biologiste, membre du PS depuis 1980, a fondé successivement deux entreprises tournées vers la biologie où les salariés possèdent une part importante du capital, une formule qu’il considère comme constituant une “ alternative au capitalisme ”.

Eric HINTERMANN, ancien secrétaire général du groupe socialiste à l’Assemblée nationale, a quitté le PS en 1972, par refus du Programme commun et de l’alliance avec les communistes et fondé le Parti socialiste démocrate. Haut fonctionnaire au Bureau international du travail (BIT), il est nommé par François MITTERRAND secrétaire général de l’Union de l’Europe Occidentale en 1982. Il réadhère au PS en 1999.Il reproche à Lionel JOSPIN un “ souverainisme attardé ” qui l’a conduit à “ rompre ” avec l’idéal fédéraliste du socialisme français.

10.01.02 – Selon Le Monde (daté du 11 janvier), Jacques CHIRAC aurait sollicité Edouard BALLADUR pour qu’il dirige la campagne présidentielle à Paris. L’émiettement de la droite dans la capitale, l’animosité qui sépare ses animateurs font que ni Philippe SEGUIN ni Françoise de PANAFIEU ne peuvent prétendre jouer ce rôle d’animateur selon l’Elysée. Edouard BALLADUR a différé sa réponse, dans l’attente “ d’arguments supplémentaires ”.

10.01.02 – Présentant ses vœux devant plusieurs centaines de personnes, Jean-Pierre CHEVENEMENT annonce la création d’une nouvelle structure, le pôle républicain, qui fédérera les soutiens qu’il a reçus jusqu’à présent dans sa campagne présidentielle, et sera présidé par l’écrivain Max GALLO, ancien vice-président du Mouvement des citoyens (MDC). Animé certes par des chevènementistes de toujours comme Georges SARRE, le pôle républicain le sera également par d’anciens proches de Charles PASQUA comme William ABITBOL ou d’autres personnalités classées à droite comme Michel PINTON. Cette structure a vocation à durer au-delà de l’élection présidentielle, dans la perspective notamment des législatives qui la suivront.

10.01.02.Le Monde tient pour “ acquis ”que Jacques CHIRAC se déclarera candidat le plus tard possible, au tout début du mois de mars, après son premier ministre. Son directeur de campagne devrait être le préfet Michel DIEFENBACHER.

09.01.02 – Lors de la présentation de ses vœux à la presse, Jean-Marie LE PEN affirme avoir collecté plus de 400 promesses de signatures pour sa candidature à l’élection présidentielle, et en viser 650 afin de disposer d’une marge de sécurité. Il s’est félicité de la candidature de Jean-Pierre CHEVENEMENT, dont il espère qu’elle lui permettra de dépasser Lionel JOSPIN, ce qui l’autoriserait à être présent au second tour.

19.12.01 – Le bureau politique de l’UDF, dont le candidat officiel est François BAYROU, suspend Christine BOUTIN de l’UDF, pour avoir fondé son propre parti, le Forum des républicains en vue du financement de sa candidature à l’élection présidentielle. La candidate assure avoir réuni 380 parrainages sur les 500 nécessaires.

18.12.01 – Au terme de dix-sept rencontres avec les militants du PCF à travers la France, Robert HUE présente les grands axes de sa campagne présidentielle, placée sous le signe d’ « une autre politique à gauche », « franchement à gauche ».

18.12.01 – Raymond BARRE, député du Rhône (apparenté UDF), ancien Premier ministre et ancien candidat à la présidence de la République (1988), fait part sur RTL de son intention de voter pour François BAYROU à l’élection présidentielle.

18.12.01 - L’Union en Mouvement (UEM) tient dans une salle des fêtes de l’agglomération lilloise le premier meeting de son candidat non déclaré, Jacques CHIRAC. Sont réunis des militants RPR, UDF et DL. Sont notamment présents les “ premiers ministrables ” Alain JUPPE, Nicolas SARKOZY et Michel BARNIER (RPR) , ainsi que Philippe DOUSTE-BLAZY (UDF) et le DL Jean-Pierre RAFFARIN. Michèle ALLIOT-MARIE, présidente du RPR, bien que refusant la disparition de sa formation au profit de l’UEM, est présente, mais Philippe SEGUIN, également farouchement opposé à cette hypothèse, n’a pas fait le déplacement. Le conseiller à l’Elysée, Jérôme MONOD, qui avait jadis beaucoup contribué à la fondation du RPR et qui est aujourd’hui un des principaux instigateurs de l’essor de l’UEM est également présent.

16.12.01 – Le Conseil national interrégional des Verts décide d’accorder un sursis dérogatoire d’un an aux élus qui cumulent plusieurs mandats électifs, en contradiction avec les statuts du parti. Noël MAMERE, candidat à l’élection présidentielle, pourra donc continuer à exercer ses mandats de député de la Gironde et de maire de Bègles.

16.12.01 – Réunis à la Porte de Versailles, à Paris, les adhérents du RPR fêtent le vingt-cinquième anniversaire de leur parti. Ils entendent être le fer de lance de la campagne de Jacques CHIRAC. Sont présents notamment Jean-Louis DEBRE, Bernard PONS, Michèle ALLIOT-MARIE et Philippe SEGUIN. Cependant, leur candidat soutient une nouvelle structure, l’Union en Mouvement (UEM), et semble vouloir la disparition du parti qu’il a fondé en 1976.

14.12.01 – Antoine WAECHTER, candidat du Mouvement des écologistes indépendants (MEI), affirme disposer de 252 signatures sur les 500 requises. Il assure qu’aucun des deux autres candidats écologistes à l’élection présidentielle, Noël MAMERE et Corinne LEPAGE, ne dispose encore des 500 signatures nécessaires.

12.12.01 –Le ministre de l’Intérieur présente au Conseil des ministres une communication sur la date de l'élection présidentielle et des élections législatives de 2002.L'élection du Président de la République aura lieu les dimanches 21 avril et 5 mai et les élections législatives se dérouleront les dimanches 9 et 16 juin. Il en découle que les candidatures à l’élection présidentielle devront être déposées au plus tard le 2 avril à minuit. Le 5 avril, le Conseil constitutionnel publiera la liste des candidats et la campagne officielle du premier tour commencera alors, pour s’achever le 19 avril à minuit. Les résultats du premier tour seront publiés le 25 avril. Si un second tour est nécessaire, le nom des deux candidats sera publié le 26 avril par le Conseil constitutionnel, et la campagne officielle commencera le même jour, pour s’achever le 3 mai à minuit. Les résultats de l’élection seront proclamés le 15 mai et publiés au Journal officiel le lendemain.

11.12.01 – Selon Le Monde (daté du 12 décembre), la Ligue communiste révolutionnaire a réuni les 500 promesses de signatures (520 à 530, d’après la source du journal à la LCR) nécessaires à la candidature d’Olivier BESANCENOT.

08.12.01 – Philippe de VILLIERS, président du Mouvement pour la France (MPF) annonce, devant le Conseil national de son parti, qu’il fera connaître sa décision d’être ou non candidat à l’élection présidentielle le 17 février, jour de la disparition du franc. Il hésite en effet sur l’opportunité de cette candidature, compte tenu du souvenir de l’élection de 1995 où, n’ayant pas atteint 5% des suffrages exprimés, il avait dû faire face à de lourdes charges financières.

07.12.01 – Lutte Ouvrière, organe du parti du même nom, annonce qu’Arlette LAGUILLER dispose des 500 promesses de signature lui permettant d’être candidate à l’élection présidentielle.

06.12.01 – Gilles de ROBIEN, député de la Somme, maire d’Amiens, ancien président du groupe UDF à l’Assemblée nationale, est nommé directeur de la campagne présidentielle de François BAYROU.

05.12.01 – Au cours de l’émission « Question ouverte », sur France 2, Lionel JOSPIN, interrogé sur sa candidature à l’élection présidentielle, répond : « Vous savez bien que c’est probable », en précisant que « ça ne sera pas seulement une question de probabilité ; ça sera aussi une question de désir. Le désir est un moteur de la vie et donc aussi de la vie politique ».

03.12.01 – Christian BLANC indique qu’il prendra sa décision sur une éventuelle candidature à l’élection présidentielle dans le courant du mois de mars 2002.

02.12.01 – François BAYROU est investi à l’unanimité comme candidat à l’élection présidentielle par le congrès de l’UDF réuni à Amiens. Partisan de la candidature de Jacques CHIRAC, son rival Philippe DOUSTE-BLAZY, qui a quitté le congrès avant le vote, a publiquement fait part de son opposition à la démarche de l’ancien ministre de l’Education nationale, sans aller jusqu’à déposer une motion contre lui. Ses autres opposants notoires sont Jacques BARROT, ainsi que Valéry GISCARD D’ESTAING et François LEOTARD, qui ne s’étaient pas déplacés.

02.12.01 – Lors d’une rencontre avec les journalistes à Chatellerault, Jean-Marie LE PEN, président du Front national souligne les difficultés qu’il rencontre pour réunir les 500 signatures d’élus nécessaires à sa candidature à l’élection présidentielle.

01.12.01 – Le Parti radical de gauche (PRG) investit Christiane TAUBIRA députée de Guyane comme candidate à l’élection présidentielle. Christian TAUBIRA a 49 ans. Elle n’est pas membre du PRG, même si elle a été candidate aux élections européennes de 1999 sur la liste « Energie radicale » conduite par Bernard TAPIE. Elle vient tout juste d’abandonner son apparentement au groupe socialiste à l’Assemblée nationale pour y rejoindre le groupe RCV (Radicaux, Citoyens et Verts). Elle préside, en Guyane, le parti Walwari (Eventail) qu’elle a fondé. Cette investiture, soutenue par le président du parti, Jean-Michel BAYLET, a été obtenue par 473 voix sur 621 votants. Elle a rencontré l’opposition d’Emile Zuccarelli ex ministre, maire de Bastia et de Roger-Gérard SCHWARTZENBERG, ministre de la Recherche.

30.11.01 – Arlette LAGUILLER, candidate de Lutte ouvrière à l’Elysée, confirme qu’elle ne donnera pas de consigne de vote pour le second tour de l’élection présidentielle.

27.11.01 – A quatre jours du congrès de l’UDF, François BAYROU annonce officiellement à Pau sa candidature à la présidence de la République.

22.11.01 – Dans un entretien publié par l’Express, Christian BLANC n’exclut pas d’être candidat à l’élection présidentielle.

Né le 17 mai 1942, le président de la filiale française de la banque américaine Merill Lynch est ancien préfet. Il fut en 1988 un des principaux acteurs de la résolution du conflit de Nouvelle-Calédonie par Michel ROCARD, alors Premier ministre. En 1989, il prend la présidence de la RATP qu’il quitte en 1992, à la suite du refus par Pierre BEREGOVOY de mettre en place un service minimum dans le métro parisien en cas de grève. Il est nommé en 1993 à la tête d’Air France. Il y affrontera les syndicats dans sa tentative de rétablir les comptes de l’entreprise publique. Il démissionne en 1997 devant le refus de Lionel JOSPIN de s’engager sur une privatisation future d’Air France.

24.11.01 – Dans le cadre de la « journée d’automne » de son mouvement Citoyenneté, action, participation pour le XXIème siècle (CAP 21), Corinne LEPAGE lance officiellement sa campagne. Se présentant comme candidate écologiste, elle dit ne se reconnaître « dans aucun des partis traditionnels ni dans aucun de leurs leaders ». Elle affirme avoir obtenu 518 promesses de signatures à l’appui de sa candidature.

19.11.01 – Pierre POUJADE, président fondateur de l’Union de défense des commerçants et artisans apporte son soutien à Jean-Pierre CHEVENEMENT pour l’élection présidentielle.

L’UDCA fit élire 52 députés qualifiés de “ poujadistes ” en 1956, dont Jean-Marie LE PEN, sous le slogan “ sortez les sortants ”. En 1995, Pierre POUJADE avait soutenu Jacques CHIRAC. Lors des consultations précédentes, il avait soutenu Jean LECANUET en 1965, Georges POMPIDOU en 1969, Valéry GISCARD D’ESTAING en 1974, et François MITTERRAND en 1981 et 1988. Il rejoint ainsi d’autres soutiens de droite à Jean-Pierre CHEVENEMENT, notamment les proches de Charles PASQUA que furent Paul-Marie COUTEAUX, William ABITBOL et Florence KUNTZ, ainsi que l’un des fondateurs de l’UDF, Michel PINTON. Il rejoint aussi des personnalités issues du gaullisme : Pierre DABEZIES qui avait soutenu François MITTERRAND en 1981, Etienne BURIN des ROZIERS, ambassadeur de France, Jean FOYER ancien Garde des Sceaux, Jean CHARBONNEL, ancien ministre, ancien député de Corrèze et ancien maire de Brive.

15.11.01 – En présence de Marie-Georges BUFFET, secrétaire nationale du PCF, ministre de la Jeunesse et des sports, et des autres ministres communistes, Robert HUE inaugure ses locaux de campagne au siège du parti communiste à Paris, et présente le conseil d’une quinzaine de personnes et les personnalités qui l’entoureront dans une campagne dont le slogan sera « La France, c’est vous ! », et qui commencera par une série de 18 rencontres avec les militants communistes à travers la France.

14.11.01 – Devant le Stade de France, Bruno MEGRET, président du MNR, se déclare officiellement candidat à l’élection présidentielle. Il se donne pour projet de « remettre de l’ordre » en France.

14.11.01 – Robert HUE, président du PCF et candidat à l’élection présidentielle, est relaxé par le tribunal correctionnel de Paris, à l’issue du procès concernant le financement du parti communiste. Il était poursuivi pour recel de trafic d’influence.

12.11.01 – Au cours d’un meeting à Lyon, Charles MILLON, président de la Droite libérale chrétienne (DLC), ancien ministre et ancien président de la région Rhône-Alpes, écarté de cette dernière fonction pour avoir accepté le concours des élus du Front national, apporte son soutien à la candidature d’Alain MADELIN.

29.10.01 – La candidature de Noël MAMERE est ratifiée par les adhérents du parti Les Verts : sur 5120 suffrages exprimés, 4177 ont voté “ oui ” à sa candidature, 823 “ non ” et 120 “ blanc ”.

28.10.01 – Robert HUE est officiellement investi candidat du PCF en clôture du 31è Congrès du parti à la Défense. Plus de 77% des adhérents du parti l’avaient en effet désigné parmi huit candidats entre le 1er et le 6 octobre. Maxime GREMETZ, député de la Somme, était arrivé en deuxième position avec 15% des voix. C’est la première fois que cette procédure de désignation directe, non prévue dans les statuts du parti, est utilisée.

Parallèlement, Robert HUE, élu Président du parti par le congrès, cède ses fonctions de secrétaire national à Marie-Georges BUFFET, ministre de la Jeunesse et des Sports. La nouvelle secrétaire nationale a fixé au candidat du PCF l’objectif de faire “ au moins aussi bien et même mieux ” que lors de sa candidature de 1995 (8,64%) tout en rêvant d’un PCF à “ 15 ou 16% ”.

25.10.01 – Revendiquant un « droit d’ingérence dans le débat public », Ernest-Antoine SEILLIERE, président du Mouvement des entreprises de France (Medef), principale organisation patronale, signe dans Le Monde un « Point de vue » intitulé : « Faisons-nous entendre pour 2002 ! ». Il entend rompre avec la « tradition » selon laquelle « les entrepreneurs se gardaient d’intervenir dans les débats électoraux ».

22.10.01 – Anicet LE PORS, ancien membre du PCF, ancien ministre de la Fonction publique, et Rémy AUCHEDE, vice-président communiste du conseil régional de Nord-Pas-de-Calais, ancien député du Pas-de-Calais et ancien secrétaire de la fédération du PCF de ce département, annoncent leur soutien à la candidature de Jean-Pierre CHEVENEMENT.

14.10.01 - Noël MAMERE étant revenu sur son refus de se porter candidat, le CNIR le désigne, par 70 voix pour, 29 contre et 6 abstentions. Sa candidature doit être soumise au vote des adhérents dans 15 jours.

13.10.01 – Dans un entretien donné au Monde, Noël MAMERE affirme que sa décision de ne pas se présenter à l’élection présidentielle pour représenter les Verts est « irrévocable ». Il avait déjà déclaré, le 26 septembre, sur France Inter, qu’il ne serait pas candidat, « quelles que soient les circonstances ». Réuni à Paris, le Conseil National Inter régional (CNIR) des Verts constate le rejet par les adhérents du parti de la candidature d’Alain LIPIETZ par 64,4% des suffrages.

12.10.01 – Arlette LAGUILLER, candidate de LO à l’élection présidentielle, entame sa campagne par un meeting à la salle de la Mutualité, à Paris.

11.10.01 – Corinne LEPAGE, ancienne ministre de l’Environnement dans le gouvernement d’Alain JUPPE confirme dans un entretien au Monde sa candidature à l’élection présidentielle ; elle assure avoir presque rassemblé les 500 signatures nécessaires.

01.10.01 – Le Collège exécutif des Verts décide, à la demande d’Alain LIPIETZ, d’organiser une nouvelle consultation des adhérents sur « le maintien d’Alain LIPIETZ comme candidat à l’élection présidentielle ».

25.09.01 – Christine BOUTIN, candidate depuis le 28 juin dernier, lance sa campagne. Elle affirme avoir recueilli 60% des 500 parrainages d’élus nécessaires.

24.09.01 – La démission du directeur de campagne d’Alain LIPIETZ, Jean-François COLLIN, ancien directeur de cabinet de Dominique VOYNET, devient publique. Elle fait suite à un désaccord sur une « tribune » que le candidat des Verts à l’élection présidentielle venait d’écrire à propos des attentats du 11 septembre aux Etats-Unis et qu’il ne voulait pas voir retouchée.

23.09.01 – Valéry GISCARD D’ESTAING déclare sur France 3 : « Je n’ai pas l’intention d’être candidat à l’élection présidentielle, mais je ne l’exclus pas ». Agé de 75 ans, l’ancien président prendra sa décision en février ou mars prochain.

09.09.01 – La première réunion publique du candidat Jean-Pierre CHEVENEMENT rassemble plus de 5000 personnes à Vincennes.

06.09.01 – François BAYROU, qui n’est toujours pas officiellement candidat, entame, à Strasbourg, un « tour des Français » en autocar, qui doit lui permettre, jusqu’au 8 décembre, de traverser toutes les régions.

04.09.01 – Invoquant la Convention européenne des droits de l’homme et la liberté d’expression, la Cour de cassation annule un jugement de la Cour d’appel de Paris condamnant des journaux qui avaient enfreint, à l’occasion des élections législatives de 1997, la loi du 19 juillet 1977 interdisant la publication de sondages relatifs aux élections dans la semaine précédant chaque tour de scrutin. La dite loi est ainsi rendue caduque.

04.09.01 – Jean-Pierre CHEVENEMENT annonce, à Belfort, sa candidature à l’élection présidentielle. Le député maire de cette ville a été plusieurs fois membre d’un gouvernement depuis 1981. Il est l’auteur d’une formule qui a eu un certain succès et qu’il s’est appliquée à lui-même à diverses reprises : « un ministre, ça ferme sa gueule ou ça démissionne ».

Ministre de la Recherche et de l’Industrie de Pierre MAUROY, il démissionne en 1983 pour protester contre le tournant de la « rigueur ». Ministre de la Défense de Michel ROCARD, il quitte le gouvernement en 1991 pour désaccord sur l’engagement de la France dans la guerre du Golfe. Après avoir appelé à voter “ non ” au Traité de Maastricht en 1992, il quitte le Parti socialiste pour fonder le Mouvement des citoyens (MDC). La liste qu’il conduit aux élections européennes de 1994 recueille 2,54% des suffrages. Ministre de l’Intérieur de Lionel JOSPIN à partir de 1997, il est victime d’un grave accident d’anesthésie, mais revient place Beauvau début 1999. Il démissionne le 29 août 2000 car il désapprouve les accords de Matignon sur la Corse.

01.09.01 – Noël MAMERE quitte le comité de campagne d’Alain LIPIETZ.

25.08.01 – Alors que Dominique VOYNET était intervenue pour souligner publiquement que la question de l’amnistie en Corse “ n’était pas d’actualité ”, Alain LIPIETZ réaffirme sa position dans Le Parisien :“ Il finira forcement par y avoir une amnistie, y compris pour les crimes de sang ”.

8.08.01 – Alain LIPIETZ, candidat des Verts, plaide pour une amnistie des détenus corses, approuvant donc les déclaration tenues par Jean-Luc BENNAHMIAS à l’Université de Corte. Cette déclaration est publiquement désapprouvée par de nombreuses personnalités du parti Vert, dont Noël MAMERE.

28.06.01 – Christine BOUTIN annonce sa candidature à l’élection présidentielle au “ 20 h. ” de TF1. Agée de 57 ans, elle est députée (apparentée UDF) des Yvelines depuis 1986. D’abord proche de Raymond BARRE, elle a été la porte-parole du groupe UDF contre le PACS à l’Assemblée Nationale en 1999. Elle est opposée à la loi sur l’IVG, et a fondé, pour combattre celle-ci, l’Alliance pour les droits de la vie. Elle préside un nouveau parti, créé en février 2001, le Forum des républicains sociaux.

25.06.01 – Lutte ouvrière confirme la candidature d’Arlette LAGUILLER à l’élection présidentielle, refuse le soutien de la LCR et réaffirme qu’elle n’appellera à voter au second tour ni pour Lionel JOSPIN, ni pour Jacques CHIRAC.

23.06.01 – Lors de la Conférence nationale de la Ligue Communiste Révolutionnaire, les délégués réunis à Paris désignent à une large majorité Olivier BESANCENOT, 27 ans, facteur à Neuilly, comme candidat à l’élection présidentielle. Sa candidature est subordonnée à l’absence d’un accord avec Lutte ouvrière (LO), qui conduirait la LCR à soutenir Arlette LAGUILLER. La Conférence décide également que la LCR ne donnera pas de consigne de vote pour le second tour de l’élection.

20.06.01 – Alain LIPIETZ recueille 50,2% des voix lors du second tour des primaires internes aux Verts pour la désignation de leur candidat à l’élection présidentielle. Son avance finale sur son rival, Noël MAMERE, est donc très faible : 3258 voix contre 3183, 52 bulletins blancs et 70 nuls. Ce résultat constitue néanmoins une surprise compte tenu des scores des différents candidats aux premier tour. Il est vrai que, dans l’intervalle, Alain LIPIETZ a reçu le soutien de personnalités importantes du parti des Verts proches de Dominique VOYNET, comme Denis BAUPIN ou Yves COCHET, mais pas seulement puisque Martine BILLARD, chef de file du courant “ autrement les Verts ” ou Yves CONTASSOT ont signé également un texte lui apportant leur soutien –ainsi que René DUMONT, premier candidat écologiste à l’élection présidentielle en 1974, et décédé, peu après, le 18 juin.

Alain LIPIETZ est adhérent des Verts depuis 1988. Il est polytechnicien. Il fut adversaire du Traité de Maastricht en 1992.

18.05.01 – Sur 10.372 votants potentiels, 6.015 adhérents des Verts prennent part au vote de désignation de leur candidat pour l’élection présidentielle. Favori, Noël MAMERE recueille 42,7% des voix, suivi par Alain LIPIETZ (25,6%), Alice CRETE (12,5%), le lyonnais Etienne TETE, conseiller régional de Rhône-Alpes (9,7%) et Yves FREMION, conseiller régional d’Ile-de-France (8,2%). Dominique VOYNET, ministre de l’Environnement, n’a pas accordé de soutien public à l’un des compétiteurs, même si on sait que Alain LIPIETZ figure parmi ses proches.

09.05.01 – Le Conseil constitutionnel valide la loi organique modifiant le calendrier électoral.

28.04.01 – Le Conseil national de l’UDF donne le coup d’envoi de la campagne présidentielle de François BAYROU, un an avant le 1er tour probable de l’élection du chef de l’Etat.

24.04.01 – L’Assemblée nationale adopte définitivement la proposition de loi organique modifiant le calendrier électoral, par 308 voix (254 PS, 28 UDF, 24 RCV, 1 apparenté PCF, 1 non-inscrit) contre 251 (137 RPR, 30 UDF, 43 DL, 33 PCF, 5 Verts, 3 non-inscrits) et 9 abstentions (5 UDF, 2 RPR, 1 PCF –André GERIN, qui déclarera avoir voulu voter contre-, 1 non-inscrit). 5 députés UDF et 1 PS –Paulette GUINCHARD-KUNSTLER, membre du gouvernement- n’ont pas pris part au vote.

21.04.01 – Devant le Conseil national du Front national (FN), Jean-Marie LE PEN lance sa campagne présidentielle et appelle à la collecte des 500 signatures nécessaires à sa candidature.

17.04.01 – En deuxième lecture, le Sénat rejette la proposition de loi organique visant à modifier le calendrier électoral.

08.04.01 – Lors du Conseil national du Mouvement national républicain (MNR), Bruno MEGRET se déclare candidat à l’élection présidentielle.

02.04.01 – Devant les cercles socio-professionnels qui le soutiennent, Alain MADELIN, président de Démocratie libérale (DL), confirme sa candidature à l’élection présidentielle.

14.02.01 – Dominique VOYNET, ministre de l’Environnement, annonce qu’elle ne se présentera pas, au nom des Verts, à l’élection présidentielle.

20.12.00 – L’Assemblée nationale adopte, en première lecture, la proposition de loi organique modifiant le calendrier électoral : « Les pouvoirs de l’Assemblée nationale expirent le troisième mardi de juin de la cinquième année qui suit son élection ». Cette loi aura pour conséquence de faire intervenir les élections législatives après l’élection présidentielle en 2002 (et au-delà, sauf cas de dissolution de l’Assemblée nationale ou d’interruption prématurée du mandat du Président de la République).

02.12.00 – Aux assises municipales d’Ile-de-France du MNR, Bruno MEGRET annonce qu’il sera « présent » à l’élection présidentielle.

01/03-12-00 – Le congrès de l’UDF, réuni à Angers, adopte le principe de la présentation d’un candidat UDF à l’élection présidentielle.

25/26-11.00 – En marge du 101ème congrès du parti radical, composante de l’UDF, François LOOS, président du parti, se prononce pour l’organisation de primaires au sein de l’UDF en vue de la désignation d’un candidat à l’élection présidentielle.

24.11.00 – Le Figaro publie un appel à « l’union » de l’opposition signé par 364 parlementaires RPR, UDF et DL (sur 462), à l’initiative de Dominique BAUDIS, député (UDF) de Haute-Garonne. Ce texte, qui ne se réfère pas explicitement à la prochaine élection présidentielle, est signé notamment par Alain JUPPE, Edouard BALLADUR, Nicolas SARKOZY, Alain MADELIN, Christine BOUTIN, mais pas par Valéry GISCARD D’ESTAING, Raymond BARRE, ni par François BAYROU et ses proches, ni par ceux de Charles PASQUA.

22.11.00 – Alain MADELIN annonce à ses sympathisants, réunis sous un chapiteau dans le bois de Boulogne : « Ma décision est prise. Ce soir, je pars en campagne ». Jean-Pierre RAFFARIN, vice-président de DL et proche de Jacques CHIRAC a regretté dans une interview au Figaro du 20 novembre la division que crée cette candidature, qui suscite également les réserves de Dominique BUSSEREAU, député (DL) de Charente-Maritime.

18.11.00 – A la suite d’une réunion à huis clos avec les cadres de Démocratie libérale (DL), Alain MADELIN annonce l’éventualité de sa candidature à l’élection présidentielle.

05.11.00 – Jean-Pierre CHEVENEMENT, député de Belfort, ancien ministre de l’Intérieur du gouvernement JOSPIN, président du Mouvement des citoyens (MDC), déclare au « Grand Jury RTL-Le Monde-LCI » qu’il « n’a pas pris [la] décision » d’être candidat à l’élection présidentielle.

28.10.00 – Seul candidat déclaré à l’élection présidentielle, Charles PASQUA a lancé sa campagne devant le Conseil National du RPF réuni à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine).

25.09.00 – Alain MADELIN, président de Démocratie libérale (DL), confie aux parlementaires de son parti, réunis à Tournus : « Si je vois qu’il y a une fenêtre, je serai candidat ».

10.07.00 – Bruno MEGRET, président du Mouvement national républicain (MNR), envoie une lettre aux maires des communes de moins de 5000 habitants, pour solliciter leur signature en vue de sa candidature à l’élection présidentielle.

28.05.00 – François BAYROU, président de l’UDF, envisage d’être candidat à l’élection présidentielle de 2002. « Si l’UDF en décide ainsi, naturellement, ce sera le choix que je suivrai, et même que je défendrai devant elle », déclare-t-il sur France2.

06.01.00 – En préambule à une réunion de bureau national du Rassemblement pour la France (RPF), Charles PASQUA se déclare candidat à l’élection présidentielle de 2002.




Références historiques - Cartographie des 20 dernières années - Analyse et enjeux
Les programmes des élections 2002 - Ephéméride - Liens - Page d'accueil